Sur les traces du loup… dans le Chablais

Afin de préparer le workshop Communication, contROverses socio-SCientifiques et enjeUx publics dans les territoireS de montagne (CROSCUS), nous nous sommes rendus dans le Chablais (74) où la présence du loup fait aussi l’objet de vifs débats.

Dans ces alpages, on trouve principalement des troupeaux domestiques de bovins : on produit ici du fromage d’Abondance. Un peu partout, on croise donc des bergeries nichées dans les pâturages pour établer les animaux durant la nuit, des dispositifs légers de clôtures mais aussi des parcs solides et électrifiés pour se protéger à court terme de la prédation du loup…

Bien que le risque d’attaque sur le gros bétail est plus faible, les vaches peuvent aussi être les proies du loup : c’est le cas depuis le début de l’été dans cette région transfrontalière où la pression des loups est élevée. Ce risque de prédation des bovins inquiètent d’ailleurs les éleveurs partout dans les Alpes : une menace invisible non sans effet : risques sociaux et sanitaires, dimension paysagère des alpages, accessibilité du milieu aux autres usages et usagers de la montagne…

Il n’est pas non plus rare de tomber sur les traces de prédation… sans forcément que le loup en soit responsable. Ce sont les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ou des espaces naturels qui sont chargés d’identifier le prédateur en cas d’attaque, étape préalable à une décision d’indemnisation de l’éleveur par les services de l’Etat. L’ONCFS assure d’autres missions dans la gestion des impacts du loup (protection des troupeaux et brigade mobile d’intervention loups) ainsi que dans le domaine de la recherche et de l’expertise.

On découvre aussi les vestiges, discrets et presque oubliés, des dispositifs imaginés par l’homme pour se protéger d’un autre prédateur : l’ours. On compte encore une dizaine de fosses à ours visibles en Haute-Savoie. Ces systèmes de protection passive étaient principalement utilisés avant l’intensification de la chasse à la fin du 19ème siècle et le tournant législatif de 1844 qui déclare l’ours comme un “nuisible” pouvant “être détruit partout, en tous temps et par tous moyens et en tous lieux”.

Dans les Pyrénées, cette prédation n’est plus de l’ordre du passé… elle est au contraire d’actualité : fin juillet, 61 brebis ont chuté du haut d’une falaise pour échapper à une attaque d’ours. On observe dans la controverse sur l’ours le déploiement des mêmes arguments que pour le loup, avec une trame argumentaire montrant des similarités dans l’opposition entre partisans et détracteurs. Idem en ce qui concerne la gestion politique de ce problème public.

Ces arguments apportent des éléments de compréhension des conflits, mais cette image est-elle en adéquation avec les réactions territoriales face à la gestion de ces animaux ?

 


Plus de détails à retrouver via le hastag #CROSCUSgre


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search