Sur les traces du loup… dans le Queyras

Afin de préparer le workshop Communication, contROverses socio-SCientifiques et enjeUx publics dans les territoireS de montagne (CROSCUS), nous nous sommes rendus dans le Queyras (05) où la présence du loup fait aussi l’objet de vifs débats.

Sur le terrain, nous avons découvert la richesse de la faune et de la flore haute-alpine à travers des paysages herbacés témoins de la présence séculaire de troupeaux locaux ou transhumants… ou quand le pastoralisme favorise la biodiversité en permettant de garder des milieux ouverts. Les traces de prédations observées ne sont pas l’apanage du loup mais d’autres prédateurs socialement plus admis, comme le renard.

Pour autant, les attaques de loup existent dans le Queyras, dans le secteur de Molines par exemple. Démunis pour lutter efficacement contre ces attaques, les éleveurs et les bergers sont aujourd’hui au bord de la crise de nerf : « On a un berger, une aide-bergère, trois chiens de protection et le troupeau est regroupé tous les soirs. Que peut-on faire de plus ? ».

Plus on se protège du loup plus on le rend intelligent, nous explique un éleveur… pour lui, tuer un loup (quand le Préfet le décide) n’est d’ailleurs pas forcément une mesure efficace pour faire baisser les attaques sur les troupeaux. C’est ce que disent également les études scientifiques réalisées à ce sujet. On n’est en effet jamais certain d’abattre le loup qui cause les dommages et tuer un membre d’un couple reproducteur fait courir des risques de fragmentation de la meute et donc de multiplication de chasses individuelles sur les troupeaux.

La gestion politique de ce problème public semblent donc plus être là pour apaiser les tensions en cas d’attaque que pour résoudre cette situation problématique… laissant tous les acteurs insatisfaits, tout en renouvelant cette controverse plus que ne l’épuisant !

Du Queyras, on retiendra donc que les enjeux publics autour du loup sont complexes, entremêlés et dépassent très largement les oppositions simplistes très/trop souvent véhiculées entre “pro” et “anti”.


Plus de détails à retrouver via le hastag #CROSCUSgre


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search