La question de la (re)connaissance face à la controverse du loup dans le territoire de Belledonne

Le loup, cet être invisible et pourtant omniprésent. Omniprésent pour certains acteurs qui vivent avec lui au quotidien. Ces acteurs ce sont des éleveurs, des bergers, des syndicats, des randonneurs, des chasseurs… Mais ce sont aussi des institutions régionales, nationales et européennes, des maires de villes et villages, des bénévoles. Dans la vallée des Huiles, dans la chaîne de montagnes de Belledonne, nous sommes partis à la rencontre de ces acteurs où 22% du territoire est occupé par des activités pastorales. Tous se sentent concernés.

Cet animal emblématique disparu de France en 1940 et réapparu dans les années 1992, concentre autour de lui autant de haine que de fascination, autant de colère que de passion. Lui qui s’attaque en premier lieu aux gibiers, trouve dans les troupeaux de brebis une source de nourriture abondante et disponible. Voilà où se situe un des problèmes majeurs du pastoralisme aujourd’hui : le loup. A lui seul, le mammifère cristallise de très nombreux problèmes, allant de la question du monde rural et de son implication dans la société actuelle à l’industrialisation de l’agriculture, en passant par un stress permanent, un manque de soutien institutionnel et des indemnisations dérisoires.

Aujourd’hui, les éleveurs doivent « faire face à l’indésirable » seuls.  Cette solitude est liée au mépris ressenti par ces agriculteurs : un mépris dû à un manque de reconnaissance de leur métier, de leurs besoins, de leur rôle…  La reconnaissance est entrée dans le vocabulaire courant des revendications, petites ou grandes, au niveau personnel et au niveau de groupes. Elle est liée au pouvoir politique, à l’Etat et à ses institutions. Le manque de reconnaissance est un ressenti, mais il survient suite à un manque de connaissances des autres individus et groupes d’individus sur la personne ou le groupe de personne qui ressent ce manque. Cela peut venir d’un manque de visibilité ou d’une volonté de ne pas voir.

Nous nous sommes posées la question de savoir comment la présence du loup dans nos pâturages cristallise finalement de nombreux problèmes générés par un manque de reconnaissance à différentes échelles.

1. Un monde de stéréotypes et un souhait de (re)connaissance

1.1. Des idées reçues à l’invisibilité

« On vit pas pour nous, c’est les bêtes en priorité »
(Marie, éleveuse pastorale de porcs en Isère-Savoie)

Le monde de l’agriculture et de l’élevage représente une petite communauté, autant en nombre de personnes qu’en terme d’étalement sur le territoire. Cette faible partie de la population se trouve confrontée à un problème « sans solution »avec la présence du loup face au pastoralisme.

Le loup est une espèce protégée au niveau européen par la Convention de Berne (1979). Pourtant il met en péril une activité économique et artisanale à la base de nos civilisations : l’élevage. Et plus précisément le pastoralisme. Le pastoralisme est un mode d’élevage fondé sur le pâturage naturel en alpage, et par conséquent aux côtés des territoires sauvages de la montagne.

Il existe différents métiers autour du pastoralisme et une distinction est nécessaire entre les métiers d’éleveur et de berger : le première élève un ou plusieurs troupeaux (naissance, élevage, production) et le second s’en occupe, en alpage notamment (guidage, soins). Certains peuvent être les deux, éleveur-berger : c’est le cas de Marie et Michel que nous avons eu la chance de rencontrer. Ensemble, ils possèdent une exploitation de deux fermes dissociées : l’une regroupant vaches, brebis et chèvres, l’autre avec des porcs. Ils montent en alpage chaque année avec l’ensemble de leurs bêtes, au niveau du col du Champet (73), pour une période de 2 à 4 mois en été.

Le pastoralisme est un mode d’élevage particulier : « on est venu en alpage pour entretenir la nature, et pour les animaux pour qu’ils aient des meilleures conditions de vie : ils se nourrissent mieux parce que l’herbe est bien meilleure » (Marie, éleveuse). En effet, les éleveurs qui montent en alpage louent ou achètent une parcelle qu’ils doivent entretenir (pistes, accès, déboisement).

Mal connus, ces métiers sont à l’épreuve des stéréotypes et des idées reçues. Marie nous raconte : « moi je ne regarde plus les réseaux sociaux. Quand tu entends les gens « ouais les bergers ils font rien, ils vont boire des coups » bah excuse moi t’as vu un bar toi sur l’alpage. Ça te fait vriller ». A cela, s’ajoutent des conflits sur le territoire avec un autre groupe d’acteurs : les randonneurs. Les éleveurs victimes d’attaques de loups à répétition doivent se doter de patous, ce sont des chiens de protection élevés avec le troupeau et peu de contact humain. C’est à dire, qu’ils peuvent attaquer n’importe quel être vivant s’approchant trop près de leurs compagnons, les brebis. Les randonneurs se plaignent de ces chiens les attaquant durant leur activités, aux éleveurs qui ne peuvent les contrôler. Des conditions qui semblent épuiser les deux éleveurs, déjà à bout.

Le métier de berger a lui aussi changé avec le temps. Bien que les progrès techniques aient permis de nombreuses améliorations, la présence du loup a engendré de nouveaux problèmes difficile à surmonter pour les éleveurs-bergers. Le principal problème est le stress permanent pour la survie de leurs bêtes ou leur propre sécurité, similaire à un stress post-attentat après une attaque, d’après la MSA (Mutualité sociale agricole). Puis, il vient s’immiscer dans toutes les sphères de la vie de ces éleveurs : « on a perdu beaucoup d’argent, on dormait pas et c’était à la limite de la rupture [entre Marie et Michel] ».

Les stéréotypes proviennent d’un manque de connaissances des autres. La seule façon de dépasser ces préjugés est de comprendre le métier et le quotidien des personnes confrontées directement au loup et à ses attaques : « viens avec nous, viens vivre ce qu’on vit et après tu comprendras » (Marie)

Il existe trois types de reconnaissance selon Alain Battergay et Jean-Paul Payet : le témoignage/récit de la situation, la médiation/traduction des problématiques rencontrées et l’endossement d’autrui (se mettre à la place de la personne pour comprendre). C’est exactement ce que recherchent les personnes vulnérables cherchant la reconnaissance : une rencontre et de l’écoute. La reconnaissance est déjà un premier pas pour « venir en aide aux seuls qui y sont confrontés » selon Marion Simon-Deloche, philosophe de l’environnement.

2. De l’invisibilité à une demande de reconnaissance par tous

« La plupart de ceux qui vivent les situations de vulnérabilité se voient à la fois en victimes et en coupables. Ils pensent à tort ou à raison qu’ils ont échoué, qu’ils n’ont pas réussi, qu’ils ont failli. » (Numa MURARD)

Aujourd’hui, les éleveurs sont « à bout de nerfs » (Marie). Ils ont l’impression d’être transparents dans la société actuelle et appellent à une reconnaissance immédiate et complète de leurs conditions de vie. Le mépris subi ces dernières années de la part des institutions et des individus établit une forme d’humiliation, d’impuissance et de culpabilité pour ces personnes qui luttent alors, par de nombreux moyens pour exister et gagner en reconnaissance.
Le problème du loup semble insoluble et l’impuissance se transforme rapidement en colère contre les institutions étatiques pour ces éleveurs. C’est ce qu’explique Henneth : « Les émotions négatives qui accompagnent l’expérience du mépris pourraient constituer la motivation effective dans laquelle s’enraciner la lutte. » (Numa MURARD )

Les injonctions de « non-réussite » et d’impuissance viennent de diverses sources :
• la famille : « tu n’aurais pas dû faire ce métier »
• l’administration : « vous devriez utiliser tel type de protection » ou « vous n’avez perdu que quelques bêtes »
• le voisinage : « vous ne gardez pas bien vos brebis »
• les médias : « ils veulent tuer un animal protégé »…
Marie nous explique où elle cherche main-forte : « au niveau des administrations, t’as aucun soutien, c’est « débrouille toi ». Les soutiens sinon c’est les amis, avec le même mode de vie, qui comprennent ce que tu vis. Après on essaie de préserver la famille et les amis parce que c’est pas facile. »

Les éleveurs se sentent alors vulnérables face à la prédation du loup tout d’abord, mais aussi face aux incivilités (destruction de refuge, impolitesse, irrespect du travail), à l’industrie agroalimentaire qui prend de plus en plus d’ampleur, vis-à-vis de la montagne et de ses variations (mauvaises pratiques et changement climatique) et enfin par rapport aux autres êtres humains (proches des habitations)…

Il y a une volonté de changer l’image des éleveurs et bergers, notamment avec des évènements médiatisés régionalement comme la montée et la descente des alpages.

La demande de reconnaissance se fait surtout au niveau de l’Etat et de ses institutions. Les éleveurs dans leur rôle de quémandeurs de reconnaissance s’inscrivent dans un processus de dépendance vis-à-vis de l’Etat. Sans cette reconnaissance, aucune forme de bien être n’en ressortira. « La reconnaissance met au centre la valeur de la réalisation de soi, on ne peut être soi-même qu’en étant reconnu » (Taylor).

2. Les relations

2.1. L’état et ses décisions

« La paperasse est d’abord le symbole d’un manque de reconnaissance par l’Etat des efforts et de la conscience professionnelle et environnementale des exploitants »
(Blandine Mesmel)

Comme tout milieu et tout corps de métier, le milieu rural, ses éleveurs et ses bergers tombent sous la coupe de lois émises par les plus hautes instances de l’Etat. Durkheim en 1950 disait que l’État avait pour but de protéger les individus mais aussi de leur permettre de se reconnaître en tant que personne. La première et la plus importante des lois en ce qui concerne le loup est la convention de Berne qui date du 19 septembre 1979, elle est relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe et protège ainsi des espèces animales et végétales d’intérêt communautaire qui nécessitent des protections strictes. on retrouve aussi la directive européenne du 21 mai 1992 relative à la conservation des habitats naturels, ainsi que de la faune et de la flore sauvages.

Pourtant dans ces mêmes textes, on peut lire entre les lignes que des tirs de loups sont acceptés si cela peut faciliter la paix sociale. Ainsi, en France, les Plans nationaux d’action Loup successifs ont permis de donner des quotas de loups à abattre. Malheureusement c’est une procédure publique qui n’est pas forcément en adéquation avec les besoins du terrain malgré la mise en place de différents types de tirs, comme les tirs d’effarouchement et les tirs de défense. Ainsi les éleveurs se sentent contraints par le pouvoir en place à ne pas pouvoir se défendre et à rester à la merci de ce loup.

Au delà des lois régissant la gestion du loup, il y a aussi des lois administrant le monde rural tout entier : la politique agricole commune (PAC) par exemple qui contrôle les prix et les subventions. Elle est en constante évolution et entraînent une complexification croissante du monde agricole avec l’obligation de traçabilité. Les éleveurs parlent, ici d’une quantité astronomique de paperasse : registre, passeports de chaque bête,… Il s’agit d’un travail bureaucratique ou administratif demandé aux exploitants par opposition au travail manuel et agricole.  Comme la paperasse se fait majoritairement sur internet, notamment à cause de la dématérialisation croissante, des inégalités d’accès apparaissent puisque tout le monde n’a pas les mêmes connaissances en matière d’informatique. Le coût d’apprentissage peut devenir important voire insurmontable pour certains à cause de la honte suscitée par le fait de ne pas comprendre le langage administratif et informatique et par la difficulté à demander de l’aide. Cela devient une spirale sans fin puisque les nouvelles réglementations sont transmises par internet et qu’il faudrait des mises à jour journalières. On parle alors de coûts psychologiques puisque cela peut entraîner un stress quand à l’accession à des aides indispensables à la survie de l’exploitation.

De plus, le fait de ne pas réussir à faire ce qui est demandé par l’Etat à cause d’une mauvaise connaissance du matériel à utiliser peut entraîner une défiance envers le politique. La dématérialisation créé aussi un éloignement physique encore plus important entre les décideurs, les administrations et les populations rurales. Ces dernières ont l’impression que les décideurs n’ont qu’une très faible connaissance de la réalité du métier, qui devient de plus en plus du gardiennage pour la survie. Marie parle de la quantité de papiers nécessaires aux différentes indemnisations dues aux attaques qu’ils ont subi : « ’ai passé tout l’été, dans la journée je devais passer, sans vous mentir, 5h par jour avec les administrations. Moi je passe ma vie à faire des recommandés, à écrire sans arrêt. »

Ainsi les éleveurs « ne bénéficient de reconnaissance que s’ils se soumettent à certaines règles et normes de comportement manifestant qu’ils reconnaissent eux-mêmes la validité des catégories qui leur sont appliquées ».  (BATTERGAY Alain et PAYET Jean-Paul). Pourtant les éleveurs ne sont pas les seuls à nécessiter de la reconnaissance, c’est un besoin que les institutions ont aussi, puisque pour avoir du poids sur l’échiquier politique et social, il faut être reconnu par tous. Cela peut entraîner un manque de lisibilité dans les politiques mises en place car elles deviennent un mélange d’aspirations individuelles, de ressources collectives et d’évolutions externes. Ainsi pour que les personnes soient reconnues, il faut un travail critique de l’État ou des institutions sur elles-mêmes pour pouvoir se renouveler par des lois, des règlements,… et coller au mieux aux attentes du plus grand nombre. Il revient ensuite aux agents en lien avec les éleveurs de faire appliquer ses nouveautés.

2.2. Face à face d’acteurs

« Ce n’est pas seulement l’«être de raison » qu’est tout citoyen, ce qui est reconnu et institué socialement, c’est l’authenticité de chaque personne »
(Taylor)

Le travail de reconnaissance d’un usager par l’institution peut se faire par la rencontre avec un agent de cette institution. C’est ce qui se passe quand des bêtes sont tuées par le loup, l’éleveur doit appeler la Direction Départementale des Territoires (DDT), qui le redirige vers l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui envoie un garde pour venir constater le décès, puis celui-ci transmet ses interprétations et il y a indemnisation ou non. Ainsi il s’agit d’un travail de catégorisation, l’agent définit les bonnes pratiques de l’éleveur, selon les normes de l’institution, et reconnaît qu’il peut être indemnisé mais il peut y avoir des problèmes d’interprétation ou de traduction des faits selon la subjectivité de chacun.

Pourtant ces même agents des institutions peuvent eux-aussi être peu reconnus pour leur travail alors qu’ils ont de grandes qualités d’écoute et de compréhension.
D’ailleurs il ne faut pas oublier d’intégrer les sentiments et les émotions des personnes qui peuvent être vulnérables dans cette recherche de reconnaissance. Ainsi la Mutuelle Sociale Agricole (MSA) des Alpes du Nord a décidé de se mobiliser au niveau local dans le massif de Belledonne et de créer avec les éleveurs, un film présentant le stress post-traumatique, la souffrance et la dépossession ressentis après une attaque. Ce film : La montagne en sursis n’est qu’un pan du travail de la MSA, puisqu’elle tente d’accompagner les éleveurs au quotidien pour éviter les drames, avec par exemple la création d’une aide au répit pour que les familles puissent partir en vacances.
A un niveau encore plus local, les maires se mobilisent pour leurs éleveurs. Ainsi J.F. Claraz maire de La Table, petite commune de Savoie (73310) a soutenu Michel dans sa demande de réouverture de l’alpage auprès du conseil du village et de l’ONF. Le louvetier, bénévole nommé par le préfet et préposé à la régulation des animaux nuisibles, passe du temps sur les alpages avec les bergers. Il choisit l’alpage sur lequel il veut travailler et peut devenir comme un membre de la famille pour les bergers.

Il y a aussi le problème de reconnaissance mutuelle entre les professionnels : éleveurs/bergers et les non professionnels : randonneurs, touristes. Les premiers se plaignent des incivilités des usagers de la montagne, de leur manque de reconnaissance. Les seconds de la dangerosité des chiens, du fait que la montagne appartient à tous,… Les urbains ont énormément de stéréotypes sur les métiers ruraux avec des attentes : ils veulent du bien être animal et de bon produit mais il ne faut pas tuer le loup.
Tout ceci met en avant le clivage encore fort entre le monde urbain et le monde rural.

3. La reconnaissance d’un « monde différent »

Finalement, dans ce contexte de lutte pour la reconnaissance, on découvre une communauté en marge d’une société trop grande pour s’appliquer à écouter toutes les revendications. L’idée n’est pas non plus d’obtenir une reconnaissance, uniquement de l’Etat et de ses institutions régionales ou nationales, mais bien aussi une reconnaissance des individus par les individus de la société. Cela passe par une meilleure connaissance de ce « monde différent » comme le définit Marie, l’éleveuse, mais aussi par une plus grande visibilité dans les différentes sphères de la société.

3.1. Un monde rural difficile à définir

« Aujourd’hui la question agricole est compliquée, les réponses ne sont pas évidentes, mais l’avenir des agriculteurs est un sujet de préoccupations collectives ».
(Bernard Kayser)

La controverse du loup permet d’identifier un monde rural affaibli et en colère contre une société qui l’oubli.

Souvent défini comme le négatif des villes, l’espace rural est difficile à caractériser tant par ses variations du nombre d’habitants que par sa diversité d’activités en fonction des territoires (agriculture, industries agroalimentaires, artisanat, tourisme, services, résidences…).  La société rurale a, quant à elle, un lien très fort avec son territoire et la communauté qui y vit, comme l’explique Bernard Kayset dans son article Le monde rural, d’hier et d’aujourd’hui : « elle est caractérisée par l’originalité d’un triple rapport des individus : avec leur environnement, tant paysager que bâti, avec leurs semblables au sein de collectivités de taille limitée marquées par l’interconnaissance, avec leur localité dont la gestion publique ne leur est jamais indifférente. » (KAYSER Bernard)

De nombreux enjeux s’ajoutent à celui de régler ou de réguler une présence devenue insupportable, et notamment celui de l’aménagement du territoire. En 2012, plusieurs maires ruraux de France ont adressé une lettre aux candidats à l’élection présidentielle. Le président de l’association explique le manque de « volonté politique pour intégrer la ruralité à l’aménagement du territoire ». Il regrette, lui aussi, l’oubli dont est victime l’espace rural : « nous souhaitons entendre les candidats sur ces propositions, et surtout les voir passer à l’acte, et non pas les oublier une fois l’élection passée ». (GARRIC Audrey )

La question de l’aménagement du territoire est une question redondante ces dernières années. Alors qu’en ville, les efforts sont décuplés, les espaces ruraux pâtissent d’un manque d’infrastructures et de communications. Bernard Kayser parle de « mettre en place des structures administratives et politiques telles que de véritables projets de développement puissent être menés à bien » (KAYSER Bernard) dans leur intégralité. En effet, depuis les 20 dernières années, les antennes des structures nationales et les commerces disparaissent des petits territoires, laissant les habitants sans ressources quotidiennes. Ce sont des efforts constants qui ne permettent pas un rapprochement équitable et une complémentarité des campagnes et des villes.

Enfin cette communauté si soudée se trouve parfois même en conflit interne, à cause de la présence du loup : tous les types d’élevage ne sont pas touchés par les attaques du loup, notamment les élevages bovins. Ainsi des clivages peuvent se créer et fragiliser cette communauté déjà affaibli.

3.2. Une place à prendre dans les médias

« La reconnaissance pose la question de la visibilité, si on part du principe que ne peut être reconnu que ce qui est visible. »
(BATTERGAY Alain et PAYET Jean-Paul)

Cette communauté, réduite en taille, se sent abandonné face aux problématiques que posent la présence du loup. Dans un monde qui est déjà en marge d’un système, il est difficile de se faire entendre.

Alain Battergay et Jean-Paul Payet expliquent que la reconnaissance passe par une forme de médiatisation qui « organise la « concurrence des victimes », la « mise en scène des souffrances » et la « compétitions des bonnes nouvelles » ». (BATTERGAY Alain et PAYET Jean-Paul). Ces termes trouvent leur signification dans les reportages réalisés sur les attaques de loups sur les troupeaux d’alpages et sur ceux concernant les manifestations dans l’espace public des revendications des « pro » et « anti » loup. Distinction qui d’ailleurs n’a peu de sens compte tenu de la complexité du sujet et des avis. Tout d’abord, on observe une médiatisation négative, présente uniquement quand un problème survient (une attaque par exemple ou un dépôt de brebis mortes devant la préfecture).

Rejeter la faute sur les journalistes n’est surement pas la meilleure idée, car comme nous l’explique Emmanuel Jaud de TV8 Mont Blanc « le but est d’informer, mais on ne peut pas faire le tour de la question en 3 minutes ». Les journalistes arrivent sur le lieu de reportage, le plus souvent avec déjà l’idée qu’ils vont mettre en avant, en pensant bien évidemment à l’audience. Ce qu’on voit dans un reportage à la télévision, à la radio ou bien sur internet, n’est autre qu’un prise, un point de vue, un fragment de réalité. Et ceci car nous ne pouvons faire abstraction de notre contexte.

La controverse du loup donne une place à ces revendications sociétales, cependant elle ne donne pas forcément à voir une réalité de terrain, une réalité de tous les acteurs différents.

Cependant, on constate que la moindre médiatisation au sujet de la présence du loup semble « déchaîner les foules ». En effet, chaque année, lorsque les attaques surviennent dans les Alpes ou dans les Pyrénées, la médiatisation à l’échelle nationale s’intensifie et entraînent une multiplicité d’avis.

Enfin, les médias hiérarchisent leurs sources et donnent des formes de légitimité à certains acteurs et moins à d’autres. On constate que les services institutionnels n’ont pas forcément besoin d’argumenter autant que les éleveurs sur certains points de la controverse, lorsqu’ils sont interrogés. Cette asymétrie accentue l’invisibilité et le manque de reconnaissance.

Lorsque la communication n’est pas suffisante, certains décident de montrer eux mêmes leur quotidien : c’est le cas d’une page sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram « Carnet de Berger », qui présente et valorise la vie de berger. Cela permet de montrer notamment ceux à quoi les gens tiennent : la vie dans les montagnes, humaine et animale.

3.3. La place des femmes dans un monde d’hommes

« Quand je suis rentrée dans cette école, j’étais trop contente, parce qu’il y avait plein de filles. »
(Marie, éleveuse)

Les agricultrices et éleveuses sont minoritaires et très peu reconnues en tant qu’exploitantes. Pendant très longtemps « elles n’étaient que les femmes de leurs maris ». (Céline CLEMENT) Mais à partir des années 1980, les statuts juridiques changent : on voit apparaître les statuts de co-exploitante (1980) et de conjointe collaboratrice (1999). Et en 2017, 40% des nouveaux exploitants sont des femmes.

Dans le contexte social de mise en lumière des femmes et de leurs métiers, les agricultrices revendiquent elles aussi une demande de reconnaissance : « nous voulons juste être reconnues pour ce que nous sommes, des agricultrices à part entière » précise Isabelle Salomon, présidente du groupe régional « Agriculture au féminin ».

Marie regrette que l’agriculture soit un « monde macho » selon ces mots : « une femme en agriculture elle est pointée du doigt ». Beaucoup de témoignages d’agricultrices insiste sur un point précis : elles ne sont pas reconnues comme légitimes, égales des hommes, dans leurs métiers. Nombreuses sont les anecdotes où les personnes veulent s’adresser « au patron » alors ce sont elles les dirigeantes de leurs exploitations. Elles doivent doublement faire leurs preuves face aux remarques sexites du quotidien.

D’après un recensement de la MSA réalisé en 2016, 508 000 femmes françaises travaillent dans l’agriculture et 22% sont cheffes d’exploitation.

Enfin, pour faire reconnaître le travail de ces femmes, des projets émergents, notamment celui d’une classe de Bac Pro agricole (Châteauroux, 36) qui a réalisé des portraits d’une vingtaine de femmes agricultrices et éleveuses pour mettre en avant leur volonté d’exercer ce métier, leurs qualités et les difficultés qu’elles ont pu rencontrer durant leur parcours professionnel. L’exposition a même été présentée au Salon de l’agriculture en 2019.

Conclusion

La reconnaissance semble être un but recherché par tous surtout lorsque l’on fait un métier de passion mais exigeant comme celui des éleveurs ou des bergers. Pourtant la présence du loup semble accentuer les difficultés : la présence des chiens entraîne la méfiance des randonneurs envers les éleveurs, la dématérialisation et l’éloignement des institutions entraînent un repli des éleveurs sur eux-mêmes… on pourrait dire que c’est : « un cycle sans fin de méconnaissance/reconnaissance – qui se nourrit du ressentiment et de la culpabilité. » BATTERGAY Alain et PAYET Jean-Paul)

Ce que tout cela nous montre c’est qu’il n’y a pas de consensus possible autour de la question de la présence du loup en France et notamment dans les territoires alpins, sans connaissances des besoins, des craintes, des appréhensions et de la façon de vivre de tous les acteurs : éleveurs, bergers, institutions… En fait, il n’y aura pas de consensus sans reconnaissance. Et il n’y aura pas de reconnaissance sans connaissance et sans communication.

Article rédigé par Marie Arthuis (@ArthuisMarieet Léa Martel (@MARTEL74lea)

 

Bibliographie

BATTERGAY Alain et PAYET Jean-Paul (2008). « La reconnaissance, un concept de philosophie politique à l’épreuve des sciences sociales ». In : La reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques. pp.23-42. Villeneuve d’Ascq, Ed. Presses universitaires du Septentrion, Col. Le regard sociologique.

BONTRON Jean-Claude (1996). « Le monde rural : un concept en évolution ». In : Revue internationale d’éducation de Sèvres, n°10, L’école en milieu rural. pp. 25-30. Paris. Ed. CIEP.

DEGEORGES Patrick, LALO Anne (2017). « L’acceptabilité sociale des tirs de loups ». In : Histoire & Sociétés Rurales, 2017/1 (Vol. 47), p. 99-136.

CARPON Arnaud (2019). « Le revenu des agricultrices est 30% inférieur à celui des agriculteurs ». In : Terre-net Média [en ligne]. Paris.

CLEMENT Céline (2019). « Etre reconnues pour ce que nous sommes, des agricultrices ». In : Terre-net Média [en ligne]. Paris.

CLEMENT Céline (2019). « Une expo photo pour valoriser la place des femmes dans le monde agricole ». In : Terre-net Média [en ligne]. Paris.

EYCHENNE Corinne (2008). « Les éleveurs et l’estive : pour une approche compréhensive des pratiques pastorales ». In Natures Sciences Sociétés, 2008/2, p. 131-138.

FABRE Patrick, GASCOIN Jean-Michel, LEGEARD Jean-Pierre, MEURET Michel (2010), «Chapitre 2. Où sont les bergers aujourd’hui ? ». In : MEURET Michel (2010), Un savoir faire de berger, pp. 43-66, Ed. Editions Quae, Col. Beaux livres.

GARRIC Audrey (2012). « La ruralité pâtit d’un manque de connaissance et de reconnaissance ». In : Le monde, Planète [en ligne]. Paris.

GIULIANI Frédérique, JOLIVET Anne et LAFORGE Denis (2008). « La reconnaissance des personnes : ce dont les institutions sont capables ». In : BATTERGAY Alain et PAYET Jean-Paul (2008) La reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques. « Chapitre II. La reconnaissance assignée : les mondes de la relation institutionnelle ». pp.113-122. Villeneuve d’Ascq, Ed. presses universitaires du Septentrion, Col. Le regard sociologiques.

KAYSER Bernard (1993). « Le monde rural, d’hier et d’aujourd’hui ». In : La Gazette des archives, n°163, Les archives en milieu rural (actes de la journée d’études de l’AAF). pp.265-271. Paris.

MESNEL Blandine (2017). « Les agriculteurs face à la paperasse. Policy feedbbacks et bureaucratisation de la politique commune ». In Gouvernement et action publique, 2017/1, pp.30-60, Ed. Presses de Sciences Po.

MURARD Numa (2008). « La reconnaissance négative dans l’expérience sociale de la vulnérabilité : la seconde liberté ». In : BATTERGAY Alain et PAYET Jean-Paul (2008) La reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques. “Chapitre III. La reconnaissance conditionnée : le travail de cadrage identitaire”. pp.183-189. Villeneuve d’Ascq, Ed. presses universitaires du Septentrion, Col. Le regard sociologiques.

SCOHY Delphine (2018). « Oui, les femmes ont leur place dans l’agriculture ». In : Web-agri par Terre-net [en ligne]. Paris.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search