Loup en Belledonne : au coeur de la controverse alpine

Du 15 au 20 septembre dernier, la promotion 2018/2020 du Master Communication et Culture Scientifiques et Techniques s’est retrouvée dans la Vallée des Huiles, au coeur de la chaîne de Belledonne, entre l’Isère et la Savoie. Ce stage de terrain a été possible grâce au projet CROSCUS. Le but de cette courte semaine était de réfléchir et mettre en exergue ce que l’expérience et le territoire font à la controverse du loup et vice-versa. Cette expérience nous a permis de décrypter les réactions de divers acteurs et d’appréhender, directement sur le terrain, une controverse ainsi que sa multitude de prismes d’analyses possibles.

Une dichotomie intouchable

Partant moi-même de très peu concernant cette controverse, j’ai fait quelques recherches primaires avant de partir sur le terrain. Rapidement, c’est une certaine binarité que j’ai retrouvé dans les articles de presse en ligne : “Le retour controversé du loup en France” ; “La guerre du loup aura-t-elle lieu ?” ; “ Le grand méchant loup” ; “Le loup, écologie et reconquête” …

Des idées claires émergent de ces articles : le loup doit, soit être absolument protégé ou abattu. On retrouve les écologistes contre les éleveurs. Des pro contre des anti-loups.

Et au-delà de la question du loup, c’est souvent celle du pastoralisme qui lui est associée. Doit-on continuer ce mode d’agriculture, encore aujourd’hui ?

En résumé : il faut se positionner en faveur ou contre le loup, en faveur ou contre le pastoralisme.

Mais qu’en est-il véritablement sur le terrain ? Retour sur une semaine d’enquête et de rencontres, au coeur de la controverse qui secoue les Alpes.

1. Dimanche : point de départ de la réflexion

Pour entamer cette semaine de réflexion, nous démarrons avec un temps de réflexion collectif après avoir posé nos valises dans la Vallée des Huiles. Une première occasion de se réunir et faire le point sur que nous pensons savoir avant de rencontrer nos premiers acteurs, le lendemain.

Pour ouvrir cette réflexion, une question nous est posée : Loup et pastoralisme : une cohabitation (im)possible​ ?

C’est aussi un véritable point de départ personnel. Que sais-je de cette controverse à H-0 en dehors des articles de presse ?

1.1. Un simple constat

Pour le moment, je suis dans un cadrage très binaire, orienté par les médias. Le loup est un animal sauvage qui est intégralement protégé par la convention de Berne (1979) à laquelle la France adhère. Ce qui signifie qu’il est interdit d’abattre le loup, sur la totalité du territoire français.

Pour autant, avant cette signature, il avait été “éradiqué” vers les années 1930 après de nombreuses années de traque. Car cet animal était le symbole de peurs populaires à cause, notamment de sa furtivité et capacité à se fondre dans son environnement.

Cependant, sa présence dans les Alpes pose problème : les éleveurs perdent de nombreuses bêtes au cours de l’été dans les alpages.

À ce stade, une cohabitation entre les deux semble impossible, mais la question est de savoir, qui aurait donc le droit, entre les deux, de rester ?

1.2. Démêler les acronymes

Un point très déroutant quand on commence à étudier la controverse est la quantité d’acronymes avec lesquels on se retrouve à devoir jongler et maîtriser assez rapidement. Puisque s’immerger dans une controverse c’est aussi apprendre à maîtriser son vocabulaire ainsi que celui des ses acteurs. Voici donc quelques acronymes importants pour la suite de la lecture :

  • DDT : Direction départementale des Territoires ;
  • ONCFS : Office National de la Chasse et de la Faune sauvage;
  • MSA : Mutualité Sociale Agricole.

Cette première après-midi permet de poser des bases pour les jours à venir.
C’est aussi la possibilité de faire le point sur les acteurs que nous pensons connaître ou que nous pensons avoir un rôle dans cette controverse avant de se retrouver sur le terrain, le lendemain : les éleveurs, les bergers, les habitants de la montagne, les randonneurs, les écologistes, les médias et le loup.

C’est aussi un moment de réflexion personnelle : qu’est-ce qu’on entend par “pour” ou “contre” loup ? Pourquoi une controverse ?

La vision proposée présentée par les médias est la suivante : les pro-loups seraient les écologistes qui veulent préserver la “nature” (on reviendra plus tard sur ce terme) et les anti-loups les éleveurs qui subissent ces attaques. Ainsi la controverse réside dans le fait que les deux parties n’arrivent pas à trouver une entente.

Chacun semble vouloir exister et prouver son point en renvoyant la balle en face sans écouter les arguments des autres.

Cette après-midi se termine sur un petit point technique. Il va nous falloir faire la différence assez rapidement entre ce qui va représenter un argument et une revendication.

2. Lundi : découverte et rencontre dans les alpages

Pour cette première journée sur le terrain, nous partons de bon matin en direction du Parking Teppe Verte. Nous allons tout d’abord monter au sommet du Grand Chat avant de rencontrer Michel et Marie, pour le déjeuner. Ce sont des éleveurs de chèvres, vaches et brebis (presque 200 animaux). Ce sont des doubles actifs, ce qui signifie qu’ils occupent un second poste “à côté” de leur travail d’éleveur.

2.1. Le pastoralisme

Nous abordons en premier lieu, avec eux, la question du pastoralisme. Cette forme d’agriculture permet un entretien “naturel” de la montagne par les animaux et des meilleurs conditions de vie pour ces derniers. Fait intéressant peu connu généralement : posséder un terrain d’alpage est soumis à une location (environ 200€/an) sachant que tous les travaux nécessaires (aménagement, réparation) sont à la charge du locataire.

Il est cependant possible d’être propriétaire d’un alpage “privé”.
Leur terrain a été acquis en 2015 et il a fallu attendre quelques années (ainsi que du travail) pour obtenir de la verdure.

Habituellement, la montée dans les alpages débute vers mai et la descente vers octobre. Mais cette année, la prédation a été d’une telle violence que Michel et Marie sont descendus le 24 août.

Plus d’un mois et demi avant la date prévue.

2.2. La prédation

Nous continuons sur le coeur de sujet : le loup. Ce qui émerge immédiatement c’est que ce n’est pas l’animal en lui-même qui dérange : c’est la manière de tuer. Le loup chasse et attaque mais les éleveurs soulignent que, bien souvent, la bête attaquée n’est pas tuée.

Autre point : aucune des méthodes de défense proposée ne paraît efficace. Michel et Marie possède 7 patous, qui sont des chiens de défense de troupeaux. Mais malgré cela, ils

ont perdu plus d’une centaine de bêtes en trois mois, à peine.

Une attaque particulières sort du lot, dans ce récit. En pleine journée, Marie a subi une attaque où 30 brebis ont disparu, en quelques minutes, et où elle se trouvait à peine quelques mètres plus loin.

“J’aurais préféré qu’ils me prennent moi plutôt que mes brebis.”

2.3. Posture distanciée : quand les émotions s’en mêlent

Cette rencontre a engagé une profonde discussion qui a provoqué de nombreuses émotions au cours des échanges. Il est évident qu’entendre des éleveurs raconter leur quotidien si brutal ne peut laisser indifférent.

L’enjeu pour nous, sans perdre notre compassion, est de pousser plus loin que l’émotion propre face à la terrible situation dans laquelle se retrouve aujourd’hui les éleveurs des alpages. Nous sommes face à des personnes qui ont atteint un point de rupture face à cette situation qui n’a cessé de grimper en tension au cours de ces dernières années. La présence du loup n’est pas le seul facteur. En effet, l’administration représente un réel poids dans leur travail, sans parler de ce qui s’apparente à une inaction de l’État au vu de l’ampleur du problème.

Un dernier point à souligner est la présence des randonneurs. L’alpage n’est pas un lieu privé, ce qui signifie que des randonneurs peuvent se balader. Et il semblerait que certains comportements (incivilités, insultes) soient aussi en cause.

Tous ces points de pression ont un point commun : ils sont quotidiens.

2.4. L’heure du bilan : le point de rupture

Ce qui me semble frappant, dans cette situation c’est l’absence apparente de discussion. Face au silence des autorités (DDT, ONCFS, politiques et État entre autres), les éleveurs sont démunis, acculés dans une

telle détresse sociale qu’aucune solution ne semble pouvoir émerger et la situation statique.

Une problématique du départ était d’analyser l’apport du terrain à la controverse. Il me semble impossible de traduire avec des mots suffisants le désarroi auquel sont confrontés les éleveurs sur le terrain, de manière quotidienne.

Après cette première journée, la réflexion personnelle a déjà évolué. On est déjà bien loin de la simple posture “pro/anti loup”. Et de nouvelles questions émergent encore : une modification du pastoralisme tel qu’il est aujourd’hui est-il envisageable pour assurer des conditions de vie et de travail suffisantes ? Les attaques de loup sont un point essentiel de la tension actuelle, mais est-ce vraiment lui qui est responsable du point de rupture ? Ne serait-il pas la symbolisation d’un problème plus vaste, sociétal ?

3. Mardi : la presse et le terrain

Pour cette deuxième journée, nous repartons en montagne pour randonner en coeur de vallée.
Au cours de la matinée, nous sommes suivis par un journaliste de TV8 Mont Blanc, Emmanuel Jaud, qui va réaliser un sujet sur notre enquête de terrain. On reviendra sur cette pastille plus tard, au cours de la semaine.

Initialement, nous avions prévu de rencontrer d’autres éleveurs mais, ce jour-là, ils étaient en train de descendre leurs animaux et nous les avons manqués.

En fin de matinée, nous organisons finalement un temps d’échange avec Emmanuel, pour parler de la couverture médiatique de la controverse.

Il explique que, selon lui, le loup est un sujet assez récurrent sur cette chaîne et de manière locale, souvent abordé du point de vue des éleveurs. Il existe une omerta entre les pour et les contre qui est indéniable.

Le prisme journalistique reste dans un angle “pour/contre” pour informer. Ce qui maintient

cette binarité qui vient diviser les différentes parties et creuser les points de vue.
Informer, certes, mais n’est-ce que pas diminuer l’ampleur de la controverse de l’aborder uniquement dans un angle binaire ? Les médias, qu’ils soient locaux ou plus nationaux, ont aujourd’hui un tel poids sociétal, qu’ils sont considérés comme le quatrième pouvoir venant contre-balancer l’État.

Est-ce donc une information fidèle si des raccourcis sont pris et qu’ils viennent effacer les nuances d’un sujet sensitif.

Après cette matinée, nous nous posons avec Marion Simon-Deloche, qui a travaillé pendant six mois pour l’Espace Belledonne. Cet échange nous permet de poser de nouveaux arguments, qui dépassent la vision brute des éleveurs, de la veille.

3.1. Une politique descendante qui passe mal

Je mentionnais précédemment le silence apparent de l’État, pourtant il existe bien une politique en regard du loup : le plan loup. Ce dernier est censé “​assurer la conservation du canidé et de prendre en compte la détresse des éleveurs”. ​Dans ce texte, on retrouve notamment la question des tirs de prélèvement, qui permettent de tirer le loup dans le cas où toutes les autres solutions ont échoué (dont les patous)​.

C’est une politique nationale, centralisée du loup et des éleveurs : une politique descendante qui ne prend pas en compte le terrain et la réalité du travail des éleveurs. Ce qui ne fait qu’accroître les tensions, puisque l’État est considéré comme la tête décideuse, la figure qui doit venir en aide aux populations. Cette vision du “sauveur” est d’autant plus renforcée par la position actuelle adoptée par le gouvernement (manière de s’exprimer et de côtoyer le reste de la population) et le rôle central de l’homme unique (le président de la république).

Mais, plusieurs décennies après le retour du loup sur le territoire, les populations touchées sont loin d’être convaincus par les maigres actions des pouvoirs législatifs et exécutifs.

3.2. La définition du sauvage remise en question

Le mot
significations : il peut faire référence à des endroits très peu fréquentés, il s’oppose à l’urbain…
Ce n’est donc pas une image universelle. Chacun entend le sauvage différemment. D’autant plus, qu’au coeur de l’alpage, de nombreuses modifications ont été imposées aux paysages : des vestiges de tentatives de station de ski sont observables, des hectares d’arbres sont abattues pour ouvrir les alpages (ce qui permettrait de limiter les attaques de loup)…
Sommes-nous donc réellement dans une zone sauvage alors qu’elle est tant façonnée par l’Homme ?

Cette réflexion vient interroger sur l’aspect sauvage du loup. Peut-on considérer que cet animal est encore sauvage alors qu’il vient se servir dans un garde manger protégé et domestique ? Car, les chèvres, vaches et brebis sont des animaux domestiques.

3.3. Une peur irrationnelle ?

Le loup représente une peur. Les rencontres et les échanges avec les éleveurs montrent qu’une vraie peur de l’animal demeure même si, à ce jour, aucune attaque envers l’Homme (en France), n’a été recensée.

Cette peur n’est pas nouvelle. C’est un vestige du passé et qui se traduit aussi par de nombreuses fables et histoires (la bête du Gévaudan, Le Petit Chaperon Rouge). Pourtant c’est loin d’être le plus grand prédateur présent sur notre planète. Cependant, le loup est un symbole énigmatique et reste une représentation de ce que l’être humain déteste : il est incontrôlable, imprévisible et furtif.

Peut-on alors trouver une forme de cohabitation face à un animal qui paraît si imprévisible ?
À en croire les situations dans les pays voisins où le loup est présent, oui.

Ce dernier vient, certes, requalifier les espaces, mais preuve en est qu’une cohabitation est viable.

La question est donc, à quel prix peut-on cohabiter ?

3.4. L’omerta du côté des éleveurs

Accepter les mesures de protection revient à accepter le retour du loup. Et par extension, accepter le retour du loup, ces attaques et les pertes qu’il entraîne revient à adopter un statut de “victime”.

Les animaux des éleveurs (et du coup, les éleveurs eux-mêmes) sont les victimes du loup.
Mais, le mot victime est associé à des adjectifs tels que : faible, soumis, incompétent. Cette connotation négative joue un fort rôle mais surtout inconscient dans la négation de l’adoption du statut.

On ne peut pas accepter un statut qui pourrait faire passer pour faible alors que les éleveurs sont déjà dans une position qui pourrait être vue comme fragile.

4. Mercredi : les premières réflexions et risques sanitaires

Pour commencer cette nouvelle journée, nous revenons rapidement sur le petit reportage que TV8 Mont Blanc a diffusé. Ce qui ressort du visionnage et d’un accord commun : nous, étudiants, allons trouver une solution au problème du loup en mettant en place des outils de médiation.

Cette conclusion ne fait que renforcer l’image précédente concernant le traitement médiatique de la controverse.

Le reste de la matinée est consacrée à des échanges entre étudiants, après ces premières journées sur le terrain. Qu’avons-nous retenu ? Qu’est-ce qui nous a paru frappant ? Important ?

Premièrement, le loup est une composante sociale, économique et environnementale.

Secondement, nous nous interrogeons sur le type de démarche qui pourrait faire avancer les choses.

Adopter une démarche d’honnêteté plutôt que de neutralité afin d’obtenir du respect, de l’écoute et de la reconnaissance
Assurer une posture neutre est bien plus difficile que de prendre parti puisqu’il faut accepter de représenter la situation telle qu’est elle, sans langue de bois.

Cependant, l’honnêteté est incompatible avec le discours institutionnel qui se base sur des présupposés.

Rencontre avec des représentants de la MSA

La MSA est un régime de protection sociale unique, et un organisme public.
Nous échangeons tout d’abord avec Colette Violent, élue en Savoie et présidente par alternance de la commission d’action sanitaire et sociale. Elle explique que, pour la MSA, il ne s’agit pas de banaliser les attaques de loups mais de rompre l’isolement pour éviter les drames. Il existe aujourd’hui une nécessité de préserver le métier d’agriculteur et qu’on ne peut plus nier la souffrance par rapport au loup.

Les actions de la MSA ont pour but d’accueillir et comprendre la colère des éleveurs ainsi que, reconnaître le statut de victime.
Ce qui ressort de leur travail en collaboration directe avec les éleveurs (un documentaire :https://msatv.msa.fr/video/montagne-en-sursis -loup/​) c’est que cette partie de la population a le sentiment d’être sacrifiée, ignorée et mécomprise, que ce soit par les décideurs politiques ou le reste de la population (notamment citadine).

Un éleveur est aussi présent, Philippe Rosat (bi-actif) et admet qu’un travail entre éleveurs reste à faire, car un certain manque de solidarité au sein des éleveurs existe (entre les touchés et non touchés). Le loup devient donc une responsabilité collective

Pour lui, il est essentiel de faire bouger le débat au-delà du “pour ou contre” le loup et faire prendre conscience que les éleveurs sont “au bout du rouleau”.

Les conséquences psychologiques sont, elles aussi, largement ignorées.

“Est-ce que c’est indécent de demander à vivre décemment ?”

Un point extrêmement important à retenir au cours de ces échanges : le consommateur a un pouvoir énorme. C’est lui qui détient le plus grand pouvoir, sans lui, l’éleveur n’a plus de raison de produire mais surtout, c’est lui qui détient l’influence majeure dans la situation économique.

Au final, le problème que rencontre les éleveurs, que ce soit au niveau national ou dans ce cas précis dans les alpages, renvoie aux problèmes que rencontrent les minorités, en France, quand elles cherchent une considération auprès du gouvernement.

Dans cette optique, la MSA aimerait porter plainte contre l’État pour maltraitance et misère sociale.

5. Jeudi : approfondissement et rencontre avec un maire

En début de journée, nous rencontrons Marion, qui est cheffe de projet à l’espace Belledonne. L’occasion de rencontrer quelqu’un qui connaît les projets de territoire sur cet espace et d’y associer des chiffres :

  • –  22 % de territoires pastorales ;
  • –  89 communes pour 9intercommunalités ;
  • –  2 stations de ski.Elle nous explique que, le loup a un impact sur les activités pastorales mais pas uniquement, les activités touristiques sont aussi touchées. Sa présence provoque énormément de souffrance.Une piste de recherche qui pourrait être envisagée est une politique de proximité : prendre soin des acteurs, en mettant en avant la solidarité et la responsabilité collective.

Par ailleurs, ce n’est pas que l’État qui peut répondre à ce problème, mais tous les acteurs du territoires

Cette matinée a engagé une nouvelle discussion de groupe.

Une question de fond : le loup réactualise la question de “dans quel modèle voulons-nous vivre ?” que ce soit en terme d’agriculture ou de manière plus générale.

Notre société actuelle est le résultat de choix politiques sur un temps long, qui sont eux-mêmes le résultat de tensions, conflits et de résistance.

Rencontre avec Jean-François Claraz, maire de La Table

L’après-midi, nous partons à la rencontre de Jean-François Claraz, maire de La Table (73110). C’est une ville qui s’étend de 300 à 1992m d’altitude et qui possède 435 habitants.

Le maire commence par nous raconter l’histoire de la ville, depuis ses débuts miniers aux déprises des alpages (après la seconde guerre mondiale).

Depuis, la vie de proximité a disparu dans la ville (il n’y a plus d’épicerie, plus de bistrot). En cause, l’exode vers la ville d’une grande majorité et le vieillissement de la population, sans oublier la centralisation progressive des territoires et de notre société, de manière plus générale.

Les alpages sont de nouveau en activité, avec l’arrivée de Michel, il y a quelques années (2015).

Le loup est un sujet central, au coeur des discussions des habitants. Une nouvelle fois, la peur de l’animal émerge.

Nous abordons ensuite la question des politiques, car Jean-François est un représentant de l’État. Il explique qu’aujourd’hui, les politiques de proximité sont

dans l’impasse. Car si les maires ont de plus en plus de fonctions au sein de leurs villes, ce n’est pas pour autant qu’ils ont plus de pouvoir. En effet, les maires sont des représentants du législatif.

“La loi ne nous autorise pas grand chose.”

Le maire le dit clairement, aucune action n’est possible, de son côté. Il a les mains liées.

6. Fin d’enquête

Notre semaine touche maintenant à sa fin et c’est donc l’heure de faire le point sur nos réflexions.
Finalement, cette enquête sur le terrain a été une découverte personnelle importante. Il semblerait que j’ai complètement ignoré (ou refusé d’admettre) un point essentiel des recherches en sciences sociales et de manière plus large, des questions sociétales.

Il n’y a pas forcément de réponse évidente, claire mais surtout immédiate à toutes les questions et controverses auxquelles sont confrontées nos sociétés.

L’expérience du terrain nous a permis de développer une analyse plus poussée, nous poser de nouvelles questions et aiguiser notre sens de l’analyse.

Alors, la présence du loup est effectivement un problème qui vient compliquer et challenger le travail des éleveurs au sein des alpages mais il n’est qu’un problème considérable qui vient s’ajouter à d’autres qui sont déjà présents depuis bien longtemps : l’isolation, la misère sociale, le poids administratif.

Ces attaques, maintenant récurrentes en Belledonne, ne sont qu’un rappel constant que les éleveurs perdent du détail mais qu’ils restent confrontés à eux-mêmes : seuls sur le terrain et ignorés par les autorités malgré des appels à l’aide. N’oublions pas que les autorités compétentes peuvent mettre plusieurs jours pour se déplacer après une attaque.

L’absence de consensus au sein des éleveurs est une difficulté qui, si elle se résout, pourrait débloquer de nombreuses pistes au sein des éleveurs. Un consensus rendrait peut-être possible des actions pédagogiques.

Nous parlons d’êtres humains, d’êtres vivants, qui ressentent et vivent cette controverse de plein fouet. Bien que les pertes soient économiques, ce ne sont pas celles qui sont les plus visibles, sur le terrain. Les conséquences psychologiques sont indéniables et doivent être prises en compte de manière urgente par la classe politique avant qu’elles ne deviennent irréversibles.

Selon moi, la controverse du loup vient mettre en évidence des mutations évidentes de notre société. La vie rurale a évolué et ne cesse de muter, que les populations concernées soient d’accord ou non.

Cet abandon de la vie rurale, de la part de l’État ne serait-ce pas une manière de pousser les populations restantes à rejoindre une vie citadine ?

Alors, finalement, est-ce-que le loup ne serait pas une simple représentation de ce que l’État fait subir aux éleveurs, une minorité parmi la population française ?

Parce que, le loup, bien que prédateur est loin d’être le plus dangereux pour l’Homme. La plus grande menace pour l’être-humain était, est et sera toujours… Lui-même.

Article rédigé par Anna-Marie Reytier (@Anna_M_Rey)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search