Loup et pastoralisme : un enjeu de reconnaissance ?

Depuis son retour en France dans les années 90, le loup est un sujet qui alimente de nombreux débats. Mais cette espèce cristallise de nombreuses tensions qui dépassent sa seule présence sur notre territoire : oppositions entre ruralité et ville, entre protection de la biodiversité et celle du pastoralisme… et si le loup n’était que la partie visible d’un mal-être plus grand ?

Mi-septembre, en Savoie : des étudiants s’immergent dans la vallée des Huiles pour en savoir plus sur les débats qui entourent le loup et son retour en France[1]. Certains venaient avec des avis plus ou moins tranchés sur la question, d’autres ne savaient pas forcément par quel point commencer. Mais à la fin de la semaine, après avoir échangé avec différents acteurs de cette controverse, visionné des documentaires et beaucoup de débats, tous n’étaient sûrs que d’une chose : ce sujet est bien trop complexe pour être résumé à « pour ou contre le loup ».

Comme souvent dans les controverses, de nombreux enjeux s’entrecroisent : économiques, culturels, écologiques, sécuritaires, communicationnels… de plus, chaque enjeu est plus ou moins important et ne prendra pas forcément la même forme en fonction des acteurs concernés. Ce sont principalement ces différences qui entrainent de nombreuses tensions car les référentiels ne sont pas les mêmes.

Et si toutes ces tensions pouvaient être abordées sous l’angle de la reconnaissance ? Reconnaissance de la présence du loup, mais également reconnaissance de la réalité du terrain, du métier des éleveurs et des agriculteurs, de la souffrance vécue par ces derniers (en lien direct ou non avec le loup) et par les animaux (troupeaux ou loups), de l’état de la biodiversité… Reconnaitre la position de l’autre pour mieux comprendre son point de vue, mais également pour voir le loup, non pas comme le cœur du problème, mais comme la cristallisation de plusieurs difficultés. Ce point de vue ne permettra bien évidemment pas de résoudre cette controverse en un jour, mais pourrait peut-être apporter un éclairage différent pour aborder ce sujet et les tensions qui l’entourent.

Le loup : étendard des espèces en danger

Le loup est une espèce qui a disparu au début du XXème siècle en France. Elle est réapparue en 1992 dans le parc du Mercantour, situé dans les Alpes du Sud. Cet article détaille très bien les conditions de disparition et de retour du loup en Europe de l’Ouest[2].

À cette période, l’État décide de cacher le retour du loup, le temps de ratifier la convention de Berne, afin de protéger cette espèce. Mais ce silence finira par être révélé rapidement, provoquant un sentiment de trahison et de colère chez les éleveurs, notamment ceux ayant déjà subi des attaques et à qui on répondait qu’il s’agissait de chiens errants. Cependant, pour beaucoup de personnes à cette période, le retour du loup est plein de belles promesses : en effet, le retour du loup coïncide avec une période marquée par plusieurs décisions en faveur de l’environnement et de la biodiversité (« plan ours » de 1984 ; signature du protocole de Montréal en 1987 pour réduire le « trou » de la couche d’ozone ; conférence internationale sur l’environnement en 1989…)[3]. De plus, le loup a une place particulière dans notre culture, aussi bien dans les contes et livres (Le Petit Chaperon rouge, Croc Blanc, Le garçon qui criait au loup…)que dans nos métaphores (« faim de loup » ; « vieux loup de mer » ; « connu comme le loup blanc »…). D’ailleurs, n’est-il pas commun de parler de cette espèce en disant « le loup », tandis que les animaux des troupeaux sont davantage cités au pluriel (des brebis, des moutons…) ? Pourquoi cet animal est-il donc individualisé tandis que d’autres ne le sont pas ?

Cela pourrait peut-être s’expliquer grâce à cette vidéo du Vortex[4] : des chercheurs ont constaté que certaines espèces étaient plus ou moins présentes dans nos esprits, au point que certaines sont considérées comme plus « charismatiques » que d’autres. De plus, il fait partie des 10 animaux sauvages les plus charismatiques selon l’étude de Franck COURCHAMP et de son équipe[5]. Cette liste est uniquement composée de mammifères, dont 6 prédateurs (ours blanc, lion, tigre…) : l’être humain étant également un mammifère au comportement carnivore, comme la majorité des animaux de cette liste, cela pourrait-il induire une plus forte identification et attachement aux espèces qui lui « ressemblent » ?

Quand la réalité du terrain rattrape l’imaginaire

Le loup a beau être considéré comme un animal charismatique et faire partie de notre culture, cohabiter avec lui n’est pas forcément quelque chose d’aisé.

Depuis 2014, une vidéo vantant les effets positifs du retour du loupcircule : elle aborde le cas de la réintroduction du loup dans le parc national de Yellowstone, aux États-Unis[6]. Cette vidéo (et plusieurs articles sur le sujet) démontre les nombreux bienfaits que ce retour a provoqués sur l’écosystème : baisse du nombre d’ongulés qui devenait trop important, développement de la flore dans les zones où les ongulés étaient des proies trop faciles, nouveaux abris végétaux pour de nouvelles espèces… Les bienfaits sur l’écosystème, aussi bien animal que végétal, sont nombreux. Toutefois, comme le détaille Gérard Guillot dans cet article[7], tous ces aspects ne peuvent être reliés à une seule cause : de nombreux autres paramètres (sécheresse, taux de chasse autorisé, politique de préservation d’autres prédateurs…) ont évolué à la même période et n’ont pas été pris en compte dans cette vidéo. La réintroduction du loup a pu jouer un rôle, mais ce changement ne peut être le seul élément déclencheur : les écosystèmes sont constitués de réseaux alimentaires complexes et de nombreuses dynamiques, qui ne peuvent être résumés à la présence ou non d’une seule espèce[8]. De plus, Yellowstone est un parc national sans présence d’activité humaine telle que l’élevage. Cette situation ne peut donc être comparée à celle présente dans les alpages alpins français.

La majorité des prédateurs ont un comportement opportuniste : si, pour survivre, il est plus facile et moins risqué de s’attaquer à une espèce plutôt qu’à une autre, le prédateur prendra plus facilement pour cible l’espèce dont la chasse possède le meilleur rapport « bénéfice/risque » pour lui. Le loup ne fait pas exception. Habituellement, en Europe de l’Ouest, ce prédateur chasse davantage les animaux sauvages, notamment les cervidés. Néanmoins, si d’autres espèces, comme les animaux d’élevage présents dans les alpages (ovins, bovins…), sont plus simples à chasser : une chasse moins longue et difficile, une nourriture abondante, une présence régulière d’un grand nombre de proies à des endroits déterminés… Certains loups vont donc privilégier les troupeaux aux animaux sauvages.

Depuis le retour du loup, une hausse constante des attaques se poursuit, avec une nette évolution du nombre de victimes depuis 2009 (voir Figure 1). Des mesures de protection se mettent en place : faire rentrer les troupeaux la nuit, installer des barrières électriques, présence de chiens de protection appelés patous… Mais les loups s’adaptent à ces modifications : attaques de jour, contournement des barrières en sautant/creusant… À l’heure actuelle, il n’existe pas de solution permettant d’éviter à coup sûr les attaques de loup. Pour certains éleveurs, la seule solution semble l’élevage hors sol, voire l’arrêt de l’activité, mais cela reviendrait à renoncer à la tradition du pastoralisme et des alpages.

Figure 1 : Évolution du nombre d’attaques et de victimes du loup[9]

Aux difficultés induites par la présence du loup s’ajoutent de nombreuses difficultés déjà présentes pour ces éleveurs. Cette partie peut être analysée grâce aux travaux du psychologue américain Abraham Maslow. Ses travaux l’ont mené à déduire que les motivations d’un individu sont dues à la nécessité de satisfaire certains besoins, qu’il hiérarchise sous forme de pyramide à 5 niveaux (voir Figure 2). Les besoins au niveau de la base de la pyramide doivent être satisfaits en priorité par rapport à ceux qui se trouvent au sommet, car ce sont eux qui apparaissent en premier aux différentes personnes. Cependant, il est possible de satisfaire un besoin même si les précédents ne le sont pas totalement.

Avec comme sujet d’étude les éleveurs et bergers des alpages alpins français, les travaux de Maslow révèlent que de nombreux besoins (pourtant élémentaires car se trouvant principalement à la base de la pyramide) ne sont pas satisfaits. Pour n’en citer que quelques-uns, des besoins de sécurité ne sont pas totalement satisfaits : les chalets d’alpage (ou bâtiment d’estive) ne sont pas toujours équipés en eau courante, encore plus rarement en électricité. Le confort est plutôt limité, ce qui dégrade les conditions de vie et donc de travail. Pour beaucoup, cela fait partie du métier, mais le plus problématique est le manque de respect de certains autres « usagers » de la montagne. Lorsque l’éleveur ou le berger n’est pas dans les alpages, ce lieu est généralement disponible pour toute personne cherchant un abri où dormir. Malheureusement, certains de ces locataires temporaires (randonneurs, vététistes, chasseurs ou autre) ne prennent pas soin du logis, le détériorent, et l’éleveur retrouve son habitat dans un état parfois déplorable. Par exemple, un des éleveurs rencontrés lors de la semaine dédiée à la controverse expliquait que des personnes avaient scié le lit d’un de ces habitats pour alimenter le poêle, au lieu d’aller couper du bois qui se trouvait juste à côté de la demeure. Cumulés à des comportements pouvant être irrespectueux (ex : prise à parti par des randonneurs car le troupeau « gêne » le passage) et à un manque de reconnaissance de leur travail et de leur métier (ex : les éleveurs doivent entretenir les parcelles qu’ils louent ou dont ils sont propriétaires, ce qui inclut les sentiers les traversant), les besoins d’estime des éleveurs ne sont pas toujours satisfaits[11].

En ajoutant la présence du loup, la situation se détériore davantage. Les besoins de survie, à la base de la pyramide de Maslow, ne sont plus satisfaits : l’éleveur ou le berger dort beaucoup moins, réveillé aux hurlements de loup ou dès que des patous (les chiens de protection du troupeau) aboient pour prévenir d’une attaque en cours. Le stress permanent d’une attaque, aussi bien de jour que de nuit, détériore profondément les conditions de travail, le moral et la santé. Les compensations financières en cas d’attaque ne couvrent que le prix de l’animal tué directement par un loup, mais ne couvrent ni la perte d’activité liée à cet animal (ex : production du lait qui aurait été produit) ni la répercussion sur le troupeau à cause du stress (baisse de la production de lait, fausse couche…). De plus, une compensation financière ne couvrira jamais le préjudice moral causé par une attaque[12].

La crainte constante d’une attaque ne permet pas, de fait, de satisfaire le besoin de sécurité. En une attaque, l’éleveur peut avoir des victimes directes du loup, mais également des blessés. Ces derniers finiront par mourir de leurs blessures à cause des infections, sans pouvoir être achevés par l’éleveur afin d’abréger leur souffrance, car ce dernier ne percevra pas d’indemnisation si la cause de la mort est une balle plutôt qu’un loup. Le risque de perdre l’ensemble de son troupeau est également présent en cas de décrochage, situation où l’ensemble du troupeau se jette dans le vide pour fuir le prédateur. Les attaques de loup sonnent comme une épée de Damoclès au-dessus des troupeaux, mais également au-dessus du pastoralisme et des emplois apparentés car les éleveurs ne savent pas s’ils pourront continuer à pratiquer leur métier dans ces conditions.

Le besoin d’appartenance n’est également pas assouvi car beaucoup ne se sentent pas assez informés. Il n’existe qu’une estimation du nombre de loups (qui, pour certains, est minimisé, ce qui montre qu’une défiance est toujours présente), les procédures liées au loup sont très lentes : la personne qui doit venir faire le constat pour la mort peut mettre juste qu’à 4 jours avant de venir, les procédures d’indemnisation financières demandent de nombreuses démarches administratives et mettent des semaines voire des mois à se conclure… Les éleveurs ont pour beaucoup la sensation que ceux qui prennent les décisions sont déconnectés du terrain, ne les écoutent pas et ne réalisent pas les efforts faits et les difficultés rencontrées, ce qui rejoint également le besoin de reconnaissance.

Dans ces conditions, difficile de répondre au besoin d’accomplissement de soi, situé en haut de la pyramide de Maslow, alors que la base n’est pas assez stable.

Des dialogues de sourds liés notamment aux différences de référentiel

La territorialisation des acteurs influence leur avis sur la controverse. Durant la semaine de sensibilisation à la controverse qu’ont vécue les étudiants de Grenoble, un des témoins a relevé le rôle du territoire. En règle générale, les éleveurs n’ont pas le même point de vue sur la controverse en fonction de l’endroit où ils travaillent : si ce lieu est touché ou non par la prédation, l’avis a tendance à être influencé. Ces différences d’opinions sont d’autant plus marquées lorsqu’au territoire s’ajoutent les différences de modes de vie. Dans les villes, la controverse du loup semble encore plus lointaine, tout comme les difficultés que peuvent rencontrer les éleveurs et les bergers avec ce prédateur. Prenons le cas d’une personne qui semble à l’opposé du mode de vie d’un éleveur travaillant dans les alpages : un militant « pro-loup » vivant dans les villes, loin du lieu concerné par la controverse. La présence du loup sur notre territoire touche à ses valeurs, ses convictions (préservation d’une espèce, de la biodiversité, retour de la nature…), voire au besoin d’accomplissement de soi, mais ne touche en aucun cas à ses propres besoins définis par Maslow. Or, les éleveurs ont des difficultés dans tous ces besoins primaires.

Pour autant, ce point de vue est-il superficiel ? En opposant conviction et besoin primaire entre différents êtres humains, cela pourrait le laisser penser. Toutefois, il ne faut pas oublier de prendre en compte un autre acteur essentiel de cette controverse : le loup. Les personnes dont nous résumons l’étiquette à « pro-loup » (avec toutes les nuances pouvant exister) ne parlent pas de leurs propres besoins, mais de ceux des loups et de l’écosystème qui les entoure. Les besoins des animaux présents dans les troupeaux (brebis, patous, ovins…) peuvent également être pris en compte, bien qu’ils s’agissent d’acteurs bien moins représentés et cités dans ces débats que l’être humain et le loup. Dans cette controverse, chaque « côté » s’exprime, mais les arguments ne se répondent pas toujours car les référentiels ne sont pas les mêmes.

Il est parfois plus difficile de mettre en parallèle des besoins d’espèces différentes que ceux d’une même espèce, surtout lorsque l’une de ces espèces s’avère être la nôtre.À partir de quand les besoins d’une espèce sont-ils plus importants que ceux d’une autre ? Faut-il privilégier l’espèce à laquelle nous appartenons à tout prix ? Ou tendre vers un équilibre global qui peut s’avérer défavorable pour des membres de notre espèce à certains endroits ou moments ?

Pourquoi privilégier l’être humain en défaveur du loup ? Pourquoi privilégier le loup en défaveur des troupeaux dans les alpages ? Cette question peut également se poser entre le modèle pastoral, qui induit des paysages particuliers ou encore la présence d’espèces animales et végétales spécifiques, et celui de la nature qui prendrait place si les éleveurs et les bergers quittaient la montagne. Ces interrogations amènent une nouvelle problématique : qui a la légitimité de trancher sur ces questions ?

Le loup ne serait-il pas une espèce sauvage avantagée par rapport à d’autres ? Le vautour a, par exemple, failli disparaitre en 2010 suite à une loi hygiéniste, qui obligeait les éleveurs et agriculteurs à faire appel à des équarrisseurs. Or, cela aurait privé les animaux nécrophages (comme le vautour, mais également d’autres espèces menacées comme le gypaète barbu) d’une source d’alimentation, avec le risque de les faire disparaitre des différentes régions concernées. Ces animaux ont pourtant un rôle essentiel dans l’écosystème car ils évitent la propagation de maladies en se nourrissant des cadavres. De nombreux paysans se sont battus pour préserver ces espèces et ont obtenu gain de cause[12]. Bien que ces enjeux soient proches de ceux concernant le loup, la médiatisation et l’attention portée au loup ne sont pas du tout les mêmes : est-ce vraiment une espèce comme les autres ? Le fait qu’il s’agisse d’un animal « charismatique » ne biaise-t-il pas notre perception ?

De nombreux éleveurs ne souhaitent pas l’éradication du loup, mais veulent pouvoir exercer leur métier dans de meilleures conditions, sans la crainte permanente de ces attaques et toutes les conséquences qui en découlent. Une des solutions serait que le loup ait à nouveau peur de l’Homme pour ne plus s’approcher des troupeaux, mais par quel moyen ?

  • Augmenter le nombre de tirs de défense ? Les éleveurs et les bergers pourraient réagir en cas d’attaque, mais ce n’est pas leur métier de tuer avec un fusil et les attaques sont souvent trop furtives pour permettre de réagir.
  • Augmenter le nombre de tirs de prélèvement autorisé ? Les loups tués dans ce cadre ne sont pas forcément ceux qui attaquent. De plus, cela peut déstabiliser une meute et provoquer son éclatement, ce qui peut induire l’apparition de plusieurs meutes au lieu d’une, et donc augmenter le nombre d’attaques.
  • Développer de nouveaux systèmes de protection décourageant le loup ? Cela prendrait plusieurs années d’études et des solutions sont nécessaires à court terme.

À l’heure actuelle, aucune solution efficace et rapide à mettre en place ne semble exister pour éviter les attaques et les différences de référentiels (besoins de l’être humain face à ceux du loup ; territoire touché par la prédation ou non…) engendrent des dialogues de sourds.

Tout au long de cet article, il apparait que la controverse du loup cristallise de nombreuses tensions, qui apparaissent ou sont exacerbées par son retour. Les différences de référentiels et de temporalité sont également des facteurs compliquant ce sujet. Peut-être qu’un des moyens pour commencer à dénouer cette controverse serait de renouer un dialogue, rompu depuis longtemps entre les différents acteurs. Des initiatives comme PastoraLoup commencent à voir le jour afin que des bénévoles viennent aider sur place des éleveurs et des bergers dans des zones de prédation[13]. Cette expérience permet à ces derniers d’avoir une aide supplémentaire, ce qui améliore leurs conditions de travail, mais permet également aux bénévoles de découvrir in situcomment la présence du loup impacte le pastoralisme.

Un autre exemple de dialogue renoué se retrouve dans un projet mené par la MSA Alpes. Afin de rompre le sentiment d’isolement (dû à la présence du loup) qui peut entourer certains éleveurs et bergers et les pousser au drame, la MSA a souhaité mener différentes actions. Ils ont notamment réalisé un film en partenariat avec des syndicats d’éleveurs afin de parler des conséquences de la prédation sur les éleveurs et leur famille, principalement sur le plan psychologique[14]. Cette vidéo permet de sensibiliser un public plus ou moins averti à ce que vivent au quotidien ces hommes et ces femmes qui évoluent avec la présence du loup. Le souhait de la MSA n’est pas de diffuser cette vidéo seule, mais d’initier un dialogue et des échanges autour de cette problématique (comme le montre cette vidéo tournée au salon de l’agriculture[15]).

Ce sont peut-être ces initiatives, axées sur l’écoute et la reconnaissance de ce que vit l’autre, qui permettront à terme de trouver des solutions pour que la controverse n’en soit plus une.

Article rédigé par Cindy Shalaby (@CindySh_)

 

Bibliographie

[1] G. Fabre, « Les étudiants du Master Communication et Culture Scientifiques et Techniques plongés dans la controverse du loup en Belledonne », Newsroom – Université Grenoble Alpes. [En ligne]. Disponible sur: https://newsroom.univ-grenoble-alpes.fr/education/les-etudiants-du-master-communication-et-culture-scientifiques-et-techniques-plonges-dans-la-controverse-du-loup-en-belledonne-556384.kjsp?RH=1473086347076. [Consulté le: 11-nov-2019].

[2] F. Benhammou, « Le retour du loup en Europe occidentale »,Pourlascience.fr. [En ligne]. Disponible sur: https://www.pourlascience.fr/sr/article-fond/le-retour-du-loup-en-europe-occidentale-7683.php. [Consulté le: 11-nov-2019].

[3] J. Audouze, « Mitterrand et l’écologie », Mater. Pour Lhistoire Notre Temps, vol. N° 101-102, no1, p. 7173, 2011.

[4] Le Vortex, Faut-il être mignon pour survivre ? | Zeste de Science & Hygiène Mentale, vol. 16. 2019.

[5] F. Courchamp, I. Jaric, C. Albert, Y. Meinard, W. J. Ripple, et G. Chapron, « The paradoxical extinction of the most charismatic animals », PLOS Biol., vol. 16, no4, p. e2003997, avr. 2018, doi: 10.1371/journal.pbio.2003997.

[6] Sustainable Man, Réintroduction des loups à Yellowstone (VOSTF de « How wolves have changed rivers »). .

[7] Gérard Guillot, « Les loups de Yellowstone : une (trop) belle histoire naturelle ! | Zoom Nature », 01-mars-2019. [En ligne]. Disponible sur: https://www.zoom-nature.fr/les-loups-de-yellowstone-une-trop-belle-histoire-naturelle/.[Consulté le: 11-nov-2019].

[8] R. O. Peterson, J. A. Vucetich, J. M. Bump, et D. W. Smith, « Trophic Cascades in a Multicausal World: Isle Royale and Yellowstone », Annu. Rev. Ecol. Evol. Syst., vol. 45, no1, p. 325345, nov. 2014, doi: 10.1146/annurev-ecolsys-120213-091634.

[9] F. N. Ovine, « Toujours plus d’attaques! », Les éleveurs face au loup, 18-janv-2019. [En ligne]. Disponible sur: http://www.leseleveursfaceauloup.fr/toujours-plus-dattaques/. [Consulté le: 11-nov-2019].

[10] ImprovYourself, « Pyramide des besoins de Maslow »,ImprovYourself. [En ligne]. Disponible sur: https://improvyourself.fr/bienveillance-cle-de-voute-relationnelle/pyramide-des-besoins-de-maslow/. [Consulté le: 15-janv-2020].

[11] Les éleveurs face au loup, « Ayez un comportement respectueux », Les éleveurs face au loup. [En ligne]. Disponible sur: http://www.leseleveursfaceauloup.fr/nous-soutenir/ayez-un-comportement-respectueux/. [Consulté le: 15-janv-2020].

[12] Johan COULOMB, « Pro-loup, j’ai rencontré Bruno, un anti, éleveur en Lozère », L’Obs, 17-nov-2016. [En ligne]. Disponible sur: https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-planete/20121019.RUE3010/pro-loup-j-ai-rencontre-bruno-un-anti-eleveur-en-lozere.html. [Consulté le: 15-janv-2020].

[13] « pastoraLoup | FERUS ». [En ligne]. Disponible sur: https://www.ferus.fr/benevolat/pastoraloup. [Consulté le: 16-janv-2020].

[14] MSA, « La montagne en sursis », MSATV – Vidéos de la sécurité sociale agricole. [En ligne]. Disponible sur: https://msatv.msa.fr/video/montagne-en-sursis-loup/. [Consulté le: 11-nov-2019].

[15] MSA, « MSA, le magazine : Le Loup et Eleveurs – La Montagne en sursis (vidéo et échanges) », MSATV – Vidéos de la sécurité sociale agricole. [En ligne]. Disponible sur: https://msatv.msa.fr/video/msa-le-magazine-le-loup-et-eleveurs-la-montagne-en-sursis/. [Consulté le: 11-nov-2019].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search