Le partage de la montagne par ses usagers remis en avant par la controverse du loup

La montagne est un endroit synonyme de liberté et d’évasion. On pourrait croire que n’importequi pourrait venir gravir ses pans et faire ce qui lui plait. Seulement, la montagne appartient à des acteurs décidant de sa gestion. Vous ne pouvez donc pas couper un arbre en montagne parce qu’il vous gâche la vue. C’est au propriétaire de la parcelle de l’arbre de décider. Ce propriétaire peut être un organisme public, ou même un particulier. Mais cet article ne s’intéresse pas à savoir à quiappartient telle ou telle montagne. Il pose la question de son partage par ses usagers. Ce questionnement est parti d’un interview de berger qui se plaignait du comportement de certains randonneurs à son égard.

Le différend en question commence par une affaire de loup. Nous sommes dans un cépage en Belledonne, et les loups attaquent les troupeaux depuis déjà plusieurs années. Les attaquess’accentuaient dernièrement. Devant un tel désarmement, les bergers, qui rappelons-le ne peuvent pas faire de mal à un loup par son statut d’animal protégé par la convention de Berne, ont demandéde l’aide de l’Etat. Ce dernier a décidé de fournir des compensations financières pour les bêtes tuées si preuve il y a de l’attaque du loup et l’autorisation aux autorités compétentes de tuer un nombre deloup ne mettant pas en danger la survie de l’espèce. Soit près de 100 pour l’année 2019. Ces compensations financières ont un revers de médaille car l’Etat réclame que le berger se protège contreles loups. Le berger a donc l’obligation de poser des filets de protection et d’acheter des chiens de protection. L’efficacité de ces mesures varie d’un cas sur l’autre, mais le détail qui nous intéresse provient de ces chiens de protection, qui viennent majoritairement de la race de chiens des Patou.

Quel rapport entre ces Patou et la dispute de deux usagers de la montagne me direz-vous ? Les Patou, comme tout chien de protection, sont là pour protéger leur troupeau, ce qui inclue de devenir extrêmement menaçant quand un loup, ou un randonneur entre dans son pâturage. Quelques cas de morsures sont même apparus, mais nous les considérons comme anecdotique au vu de leur nombre.

C’est donc sur une peur provoquée par un chien de protection que le randonneur s’est énervé et s’estadressé au berger. Ce dernier, de son côté, voit son troupeau mourir petit à petit sous les attaques de loup, ce qui provoque des conditions de vie de plus en plus difficile. On peut donc difficilement savoir lequel des deux partis est le moins stimulé émotionnellement. Vous connaissez la suite de l’histoire, une dispute s’élève entre les deux usagers de la montagne.

Cette dispute peut sembler anecdotique mais elle occupe vraiment une place au cœur desmunicipalités dans leur question de gestion de leur territoire. Cette préoccupation vient d’une augmentation des cas de disputes entre usager, et de l’anticipation que ces disputes ne resteront, ne restent pas en haut de la montagne. Elle reste dans l’esprit des bergers et leur rajoute un poids morale.On peut aussi imaginer que ce genre d’histoire racontée par l’un ou l’autre protagoniste n’affichera pas la meilleure image des usagers de la montagne. Cet article lui-même est la preuve que la montagne ne retient pas les écrits. Finalement, toute cette situation n’est qu’une partie de l’abreuvoir de la controverse du loup, regroupant rappelons-le des cas, si ce n’est plus sérieux, plus tape à l’œil en tout cas.

Nous voulons donc poser la question du partage de la montagne par ses usagers. Pour essayer d’être un minimum précis, nous resterons sur la confrontation randonneur/berger. Nous partirons deshorizons d’attentes du randonneur envers la montagne pour essayer de comprendre comment cedernier s’approprie le territoire montagnard. Nous dévierons doucement sur la place du berger dans la montagne pour terminer sur ce qui unit ces deux usagers, la montagne elle-même.

Le randonneur est une personne qui part marcher, dans notre cas en montagne, pour sonplaisir. L’origine de ce plaisir dépend de chacun, mais pour citer les plus représentés, nous avons ladépense physique, la beauté de la nature, la sensation de s’échapper, la découverte de soi et desautres.

Lors de la dépense physique, notre corps secrète une enzyme qui nous fait se sentir bien (après coup évidemment).

Pour ce qui est de la beauté, la majorité des randonneurs trouve toujours la montagne « belle ». Néanmoins, leur avis va varier en fonction des éléments qui ont joué sur cette beauté de taille humaine, sur lequel ils avaient un pouvoir direct ou indirect. Par exemple, une bouteille en plastique au milieu du chemin le rendra moche.

La sensation de liberté du randonneur est une notion qui varie beaucoup mais elle sera intéressante à comparer avec la même sensation mais ressentie par le berger.

Quant à la découverte de soi et des autres, elle provient d’un changement de milieu soudain. Elle permet de tisser un lien social entre randonneur qui ne fait pas de ségrégation, à part lors du choix de la randonnée de la personne. Vous ne rencontrerez pas beaucoup de personne non habituée à la marche sur des sites difficiles de randonnée comme le GR20 en Corse par exemple.

Tout ce plaisir provient aussi de la popularisation des loisirs. Aujourd’hui, vous pouvez être jugé moralement si n’avez pas de loisir car notre cadre culturel survalorise ces derniers au détrimentd’autres pratiques, comme la marche par exemple. En effet, dire que l’on part faire une randonnée et une marche n’est absolue pas la même chose dans nos esprits, alors que d’une vision pragmatique, lesdeux peuvent être absolument identique. Si on prend le cas du berger et du randonneur, les deux font le même chemin, pourtant il se considère différemment.

Nous comprenons ce à quoi s’attend un randonneur avant de partir en randonnée à présent.Il ne se doute peut-être pas encore qu’il croisera un berger sur son voyage. Mais quelle vision avons-nous des bergers lors d’une randonnée ? Prenons le cas des bergers corses. Ces derniers abandonnent petit à petit la gestion de grand troupeau de pâturage. On les présente de plus en plus en tant que gestionnaire de la montagne. Mais pour les randonneurs (non corse), le berger est une rencontre typiquisant de la Corse. Il propose un échange, court certes, de coutume qui apporte un souvenir puissant. Les bergers de Belledonne n’endossent pas ce rôle d’accueil typique dans l’esprit des randonneurs. Il reste une personne représentée comme une gestionnaire de montagne. Ce détail de représentation explique en partie le début de notre dispute. Le randonneur se plaint au berger car il sait que le Patou est à lui. Mais on peut aussi supposer que la remarque lui vient parce que le berger est la personne la plus accessible pour se plaindre. Il y a le côté proximité géographiquement bien entendu, mais au niveau de son rôle au berger est peut-être tout aussi légitime à recevoir une plainte qu’un maire quand cela concerne un domaine montagnard. La réponse à cette question n’est pas de l’actualité de cet article, mais chacun à son avis dessus, et cela va jouer lors d’une rencontre entre usagers. Nous ne citerons que la technique du « plus on crie, plus on obtient ce qu’on veut avec l’administration ».

Nous avons vu comment se positionnait le randonneur et comment il positionnait le berger en face de lui. Mais qu’en est-il du berger lui-même ?

La vocation de berger vient d’un amour à la nature, d’une sorte de retour aux sources. Son travail est fatiguant physiquement (manque de sommeil dû à la présence des loups, par la marche, les conditions de travail) et psychologiquement (menace omniprésente du loup, confrontation à la mort de ses brebis). Il se voit effectivement en partie comme un gestionnaire de la montagne, ou du moins de son pâturage. S’il n’était pas là, le pâturage en question devient une forêt. Néanmoins, son rôlen’est pas de gérer les usagers de la montagne. Il ne se voit pas comme une personne à qui on peut seplaindre dû à son champ d’action limité. Pour ce qui est de son idéologie envers les randonneurs, elleest basée sur des expériences. Le chasseur de champignon le réveillant à 4h du matin en passant devant sa cabane. Le randonneur lui reprochant de faire mal son métier. Une vision assez mauvaise,mais qui reste en travail avec une meilleur vision d’un randonneur respectueux. Néanmoins, si l’onrevient à notre dispute, ce qui exaspère le berger, ce n’est pas forcement qu’un randonneur lui manquede respect, mais plutôt toutes les charges précédentes. Le Patou mis en avant dans le litige est une obligation dû au loup. Une obligation avec des points négatifs. Et cela le randonneur ne le sait pas, ou ne le prend pas en compte lors de la dispute. Il y a un écart entre les connaissances des deux usagers. Cet écart ne donne pas raison à l’un ou l’autre, il est défavorable pour les deux. Il joue sur la vision qu’ont les deux usagers sur l’autre en renforçant la différence entre horizon d’attente et réalité. Cetécart empêche tout dialogue constructif.

On pourrait penser que le contexte de colère suffit à empêcher ce dialogue. Néanmoins, la colère empêche de se réfléchir et de s’adapter sur le moment. Elle n’empêche pas un changement depratique après coup. Cet écart empêche la compréhension de cette discussion à ce moment-là, quand les deux usagers sont séparés, ce qui empêche une amélioration future des dialogues.

On peut alors se demander comment combler cet écart et créer une discussion entre les deuxusagers. Des organismes travaillent sur l’image des bergers dans la société, sur les bonnes pratiquesde randonnées qui consistent par exemple à ne pas caresser un chien de protection. Toutefois, le lieu de rencontre entre randonneur et berger sera toujours dans la montagne. Leur point commun est leur marche/randonnée pour aller au pâturage. Un moyen de médiation possible est donc le chemin. Ce sentier de randonnée si nommé tel quel donnera raison au randonneur. Le chemin de St Jacques de Compostelle est un chemin de randonnée ou les croyants sont majoritaires. Des travaux en géographiedu sport ont montré que les lieux de pratique étaient d’excellent médiateur pour transformer unespace en territoire. Tout l’enjeu de ces chemins n’est pas de donner raison à un usager par rapport à un autre, mais de combler cet écart d’horizon d’attente et permettre un échange constructif à la prochaine dispute.

Revenons pour finir sur la controverse du loup et sur ce que le chemin en tant que médiateurpourrait apporter. Il ne s’agit pas que de mettre des panneaux sur les chemins mais de transformer la vision que l’on a de ce chemin et de ces usagers. Toutes ces changements permettront des échangesentre usagers constructifs. Ces échanges relèveront le problème de la dispute des Patou en tant partie intégrante de la controverse du loup. On peut imaginer une évolution des pratiques qui conduiraient le berger à se sentir plus entouré que seulement par des loups et des brebis.

Rédigé par Guillaume Poncelet (@GuillaumePonce2)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search