Le retour du loup en France : impact direct sur le territoire

En France, il y’a plus de 80 ans, on constatait la disparition du loup gris sur l’ensemble du territoire. Une information qui sonnait comme la victoire, après une guerre exacerbée, dont certains datent le début en 813, sur ordre de Charlemagne. À l’époque cependant, la chasse au loup n’était pas des plus virulentes, il s’agissait principalement de ripostes face à la prédation dans les troupeaux des bergers. Au début des années 1880, la situation change, des cas de prédation sur l’homme par le loup sont rapportés, notamment dans les registres paroissiaux. Le 3 Août 1882, une loi réclamant la destruction du loup est adoptée. La lutte entre l’homme et le loup vire brusquement au carnage et la population des loups gris réduit drastiquement, s’éteignant peu à peu sur le territoire français. Évidemment la chasse est virulente, soutenu par de nouvelles technologies (pièges, fusils), mais la disparition de l’espèce repose également en partie sur la déforestation massive qui accompagne l’essor de la révolution industrielle. Les populations des grands herbivores diminuent proportionnellement, et leur prédateur, le loup, les accompagnes dans leur destin.

On estime que le dernier loup en France a été abattu en 1937, mettant fin au carnage. Des populations subsistent en Espagne et en Italie, ou le loup sera finalement déclaré espèce menacée, en 1976, évitant ainsi son extinction complète dans le territoire Européen. Le 19 Septembre 1979, la France ratifie la convention de Berne, interdisant toute capture ou mise à mort intentionnelle du loup, alors absent du territoire.

Finalement, le 5 Novembre 1992, c’est la réapparition officielle du loup en France. Deux individus ont été identifiés dans le parc du Mercantour, après leur traversée de la frontière italienne (des analyses ADN ont prouvé leur appartenance à la même sous-espèce présente sur le territoire Italien). Puis la population augmente, on compte une trentaine de loups sur le territoire en 2000, 200 en 2009 et dépasse les 500 individus aujourd’hui. Certains contestent les chiffres officiels, fourni par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et parlent de plus de 1000 individus présents en France. En 1883 et en 1884, on tuait plus de 1000 loups par an en France. Mais aujourd’hui, quelques centaines d’individus suffisent à créer une controverse particulièrement marquée dans la société française. Peut-on, ou doit-on tuer le loup ?

Depuis le début des années 2000, le retour du loup est venu impacter sensiblement la filière de l’oviculture en France. Pendant un demi-siècle, les brebis ont pu paître dans les alpages, presque exemptes de toute prédation. Certains concevait la vie de berger comme paisible. La situation ne peut plus être la même en rajoutant la présence du loup dans l’équation.

Ainsi, on dénombre aujourd’hui plus de 12000 brebis victimes de la prédation du loup par an. Les éleveurs dénoncent une situation intenable, mais leur revendication ne suscite pas l’unanimité.

Face à cette situation, on pourrait situer la présence du loup au cœur du problème. Mais la situation dépend en réalité de questions plus complexes dans lesquelles la controverse autour du loup pourrait bien être le symptôme d’un problème plus profond.

Les enjeux autour de la controverse

À peine aborde-t-on le problème qu’il faut directement en élargir les limites. La présence du loup ne porte pas préjudice seulement à l’oviculture, mais au pastoralisme en général. Peut être certains ne saisiront pas la nuance, elle est pourtant capitale, car on peut immédiatement tracer des parallèles avec d’autres domaines, d’autres enjeux.

Le pastoralisme, c’est l’élevage des brebis en alpage, au grand air. C’est aussi l’entretien de ces territoires, souvent utilisés par les autres usagers de la montagne. Touristes, randonneurs, skieurs ; les éleveurs arguent que le pastoralisme est indispensable pour maintenir les sentiers, les pistes et les équipements qu’ils fréquentent. Voilà que soudainement, la guerre ancestrale entre le berger et le loup concerne potentiellement une bien plus grande partie de la population.

Pourtant, différents groupes sociaux ne semblent pas pleinement coopérer pour revendiquer la menace du loup. Il faut donc pousser la recherche d’enjeux un peu plus loin.
Une thématique arrive très rapidement : la biodiversité.

Il faut protéger la biodiversité ! Difficile des arguments contre, et pourtant là aussi le sujet divise. Il ne se divise pas en pour et contre, mais pour savoir quelle biodiversité protéger. La biodiversité n’est pas définie, elle varie selon tout un tas de facteurs, et le loup est un facteur important. Le loup prédate, et quand il ne se sert pas dans les troupeaux de moutons, l’une de ses habitudes consiste à chasser les grands herbivores, comme les ongulés. Ces ongulés prédatent les jeunes poussent d’arbre, et si un prédateur se charge de réguler la population des ongulés, alors les arbres survivront plus facilement à l’implacable traque dont ils sont victimes, facilitant alors l’apparition ou la croissance des forêts. Par contre, on ne peut pas le nier, le loup ne veut pas se contenter de la chasse sauvage, il a gardé l’habitude d’aller se servir dans les gardes manger mis gracieusement à dispositions dans les alpages, menaçant donc le pastoralisme. Mais le pastoralisme aussi est un facteur très influent sur la biodiversité, empêchant par exemple l’embroussaillement des prairies. L’influence du passage des troupeaux sur la régulation des espèces végétales ou animales n’est pas à négliger. Cet « entretien » de la montagne permet notamment de réduire la vulnérabilité aux incendies et avalanches.

On peut ajouter à cela la question de la sensibilité écologique en orientant le débat sur la nécessité de préserver les produits de consommation issus du pastoralisme, l’intérêt de l’élevage pastoral par rapport à l’élevage industriel.

En réalité cette controverse tisse des liens avec tant de débats sociétaux, qu’il serait très difficile d’en faire le tour. On ne peut pas résumer la question avec un Pour ou Contre le loup.

En continuant un peu, on peu traiter de l’influence de la controverse sur une fracture sociale entre le monde agricole (plus particulièrement les éleveurs et bergers ici) mais ce point mérite un développement conséquent, autour des acteurs de la controverse.

Les acteurs de la controverse

Si on a en tête la mise en scène des débats existants en pro-loups et anti-loups, on pourrait simplifier les acteurs selon deux groupes opposés : les bergers et éleveurs contre les personnes engagées pour la préservation du loup. Cette image est immédiatement invalidée. On l’a vu, la controverse est bien trop large pour être caricaturée de cette manière. On peut directement ajouter les usagers de la montagne (touristes, randonneurs, etc…).

Ensuite, il ne faut pas négliger la dimension politique de la controverse, plaçant des acteurs à tous les niveaux : élus locaux, préfets, députés, gouvernements français et européen.
Il faut ensuite ajouter à l’équation les organismes chargés de s’occuper du loup. Par exemple, L’ONCFS est en charge du comptage et du suivi géographique des meutes de loups, et la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) et en charge de l’application du plan Loup (Suivi de tirs de défense et de prélèvement, constatations des attaques, indemnisations, etc…).

Le plan loup a été mis en place pour assurer la survie et la viabilité de la population des loups, tout en protégeant l’activité pastorale. Ce plan d’action prévoit la possibilité de réaliser des tirs de défenses et de prélèvements, strictement encadrés et limités en fonction du recensement des individus présent sur le territoire français, afin d’atteindre un objectif de viabilité (aujourd’hui atteint). Il prévoit aussi l’indemnisation des éleveurs en cas d’attaque, et des préconisations (obligatoires) de moyens de défenses pour les troupeaux tels que la présence de patous et de clôtures.

Dans la sphère agricole on compte aussi la présence de syndicats et organismes proposant des services aux agriculteurs tels que les assurances et mutuelles.
Enfin la controverse implique aussi des naturalistes, et des scientifiques.

Dans l’ensemble de ces catégories, les postions au sujet du loup fluctuent. Il n’est donc pas pertinent de traiter d’une fracture géographique des positions, même si les «anti-loups» trouvent généralement plus d’alliés au niveau local.

Les différentes relations que l’on peut établir entre ces acteurs sont l’origine même de cette controverse. Pourtant, elles sont parfois aussi le reflet de relations sociétales qui sont indépendantes du loup.

L’un des cas les plus intéressant et la relation entre les éleveurs et bergers avec les usagers de la montagne. En effet, le loup a fortement impacté les territoires pastoraux. Désormais les randonneurs croisent les patous, et les clôtures. Leur relation à ces espaces en est affectée, et selon les bergers et éleveurs qui fréquentent les alpages, cela génère des tensions. Les patous, chien de gardes des troupeaux, menacent les randonneurs, qui peuvent gêner ces derniers dans leur travail de surveillance. Pour beaucoup, c’est le contact le plus direct à la controverse, surtout parce qu’il est imprévu. On peut imaginer que les participants d’un débat sur le sujet, s’ils sont profondément engagés, s’attendent à la confrontation. Ce n’est pas le même cadre qui existe dans les alpages.

Les éleveurs en tirent par ailleurs une impression globale de rejet par la société de leur profession, présent aussi plus généralement chez les agriculteurs.

Conclusion

À l’échelle du territoire, les acteurs et enjeux sont déjà très divers, et hétéroclites. La question du loup en France est organisée à l’échelle nationale, et même européenne. Cela peut sembler étonnant si on prend en compte la grande différence d’impact du loup d’un territoire à l’autre, et surtout génère une contestation contre l’éloignement du pouvoir décisionnaire d’une question qui peut sembler si locale pour certains. Le pastoralisme consiste à déplacer les troupeaux sur des emplacements définis, peu variables. Chaque éleveur est confronté au loup à son échelle. On peut donc percevoir les difficultés à accepter la globalisation de la gestion du loup. Autre exemple, les quotas de prélèvements sont valables pour l’ensemble du territoire, une région fortement prédatée ne pourra donc rien faire si ces quotas sont déjà atteint.

Si les positions des acteurs de la controverse ne peuvent être résumer en fonction du milieu auquel ils appartiennent (rural ou urbain), il y a une grande disparité avec le contact de la controverse. Elle n’est certainement pas vécue de la même manière selon les territoires.

Rédigé par Paul Savary (@SavaryPaul)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search