La controverse du loup

Le loup. Animal mystérieux, bête magnifique, anti-héros de nombreux contes et fables, il fascine autant qu’ilest redouté. Le « grand méchant loup » occupe depuis des milliers d’années une place très importantedans l’imaginaire collectif, bien qu’il soit rarement vu. Certains chercheurs et réalisateurs passentmême des années sur ses traces, dans l’espoir de l’apercevoir, à l’image de Jean-Michel Bertrand.

Janvier 2019. Col des Aravis. Il est très tôt le matin. Notre voiture sillonne en solitaire les étenduesenneigées. Soudain, elle s’arrête. Mon père me réveille brusquement. J’ouvre les yeux. Et là, je croiseson regard. Il est juste en face de moi. Il me regarde. Un loup. Au milieu de la route. A peine 10 mètres nous séparent. Je mets quelques secondes à réaliser ce que je suis en train de vivre, quand un secondloup arrive et s’arrête à côté du premier, toujours en plein milieu de la route. Ils rejoignent au pas l’autre côté de l’asphalte et s’arrêtent pendant ce qui a paru une éternité. J’en profite pourimmortaliser ce moment incroyable. Les loups se retournent vers nous une dernière fois, avant dedisparaître. Comme pour nous dire au revoir. Nous dire qu’ils nous ont vus, et qu’ils ont accepté quenous les voyions. Trente petites, mais longues secondes, dont je me souviendrai toute ma vie. Ce choc,ce sentiment exaltant, d’irréel, de chance d’avoir vu l’invisible sans même le chercher. Voilà la forcedu loup. Il crée une émotion puissante et inoubliable.

Neuf mois plus tard, j’emmenais mes chaussures de randonnée et le souvenir de cette rencontre à Belledonne. Mon avis bancal sur la controverse s’est évidemment écrasé dès la première rencontre avec des bergers. L’aspect affectif et émotionnel de ces personnes confrontées aux attaques de loupsest marquant, mais également surprenant tant je n’avais pas idée même de l’existence et l’intensité de cette facette de la problématique. Cela m’a permis de me rappeler que ce sont des êtres humains qui souffrent d’une situation difficile, sont en détresse psychologique et se sentent délaissés par lereste de la population. Une fois encore, j’ai vécu une expérience humaine et émotionnelle profonde,mais cette fois-ci de l’autre côté du spectre de la controverse.

Il m’a semblé important de raconter ma propre expérience avec les deux protagonistes principaux de la controverse, pour exprimer et assumer la part de subjectivité qui va très sûrement transparaître dans ce présent essai.

Cette semaine montagnarde a permis de réaliser l’importance du terrain (la montagne) et del’expérience (vivre la controverse) dans sa compréhension et son expression. La controverse du loupva bien au-delà de l’animal. Elle est politique, sociale, financière mais aussi émotionnelle et psychologique. Le sujet étant bien trop tentaculaire et complexe à aborder entièrement, seuls deux aspects seront développés : le manque de connaissances dû à une déconnexion du terrain montagnard et la question de la définition du territoire posée par la controverse.

1. Une déconnexion du terrain qui cause un manque de connaissances et de compréhension de la controverse

Un décalage entre les bergers/éleveurs et le reste de la population : rupture qui crée unsentiment d’isolement

Une première constatation lors de cette semaine est la déconnexion et le décalage qui existent entre les bergers/éleveurs/locaux montagnards et le reste de la population (en faisant volontairement unegénéralité pour ne pas se perdre dans les exceptions). Certains n’ont jamais mis les pieds à lamontagne, d’autres ne font qu’y passer pour le loisir ou encore ne savent même pas que le loup est deretour en France. Le territoire semble ainsi rendre la controverse « inatteignable », lointaine etdistante. Cela peut à la fois donner l’impression que le problème ne concerne qu’une infime partie dela population française, mais aussi empêcher son appréhension dans tous ses aspects. Cette distanciation du terrain crée aussi des avis préconçus, des lectures erronées de la situation. Certains réduisent la controverse à l’affrontement entre le pastoralisme et le loup, pensant que tous les bergers veulent éradiquer l’animal alors que la réalité est beaucoup plus complexe. La différenciation mêmeentre le rôle d’un berger (celui qui garde et protège les troupeaux) et celui d’un éleveur (le propriétaire du troupeau) est peu connue, mais tient à cœur des éleveurs-bergers rencontrés à Belledonne (notamment Michel et Marie). Cette rupture crée un sentiment d’isolement difficile à vivre de la partdes bergers/éleveurs vis-à-vis des autres bergers/éleveurs, de leurs proches et du reste de lapopulation, comme l’ont rapporté tous les bergers/éleveurs et les représentants de la MSA rencontréslors du projet CROSCUS.

L’expérience de la controverse et les pratiques sociétales modernes

Les différents témoignages récoltés durant la semaine CROSCUS reflètent le manque de compréhension des « gens de la ville », qui ne sont pas impactés de la même manière par les attaques de loup, car ils ne les subissent pas directement. Ils ne doivent pas gérer le stress, le choc post-traumatique, la peur, la fatigue, l’angoisse du futur qu’affrontent les bergers/éleveursquotidiennement. Il y a ainsi une forme de déconnexion de la part de la population française vis-à-vis des conditions de vie des personnes vivant du pastoralisme, mais aussi du fonctionnement et desintérêts de ce mode d’élevage. Cette méconnaissance crée un manque de respect et de savoir-vivrechez certains usagers de la montagne (manque de respect qui n’est pas à imputer uniquement à laconnaissance, l’éducation est bien évidemment à prendre en compte). Le métier a perdu de sa prestance d’autrefois et les réflexions désobligeantes dont sont victimes les bergers/éleveurs ajoutentà la fatigue nerveuse des attaques (Garde et al, 2007). Les modes de vie sont également en décalage. La tradition du pastoralisme est en opposition avec la modernité de la société de consommation. Les gens se nourrissent au lieu de manger. Consommer plus pour moins cher un produit de moins bonne qualité (l’animal aura vécu une vie triste et courte en batterie) est aujourd’hui une priorité voire une nécessité pour certains, alors que le pastoralisme respecte la qualité de vie de l’animal, qui vit plusieurs années au sein d’un troupeau quasiment libre de pâturer à souhait dans les alpages. L’élevage extensif (le pastoralisme) est en compétition avec l’élevage intensif. Or, dans le monde, tous les pays pratiquant l’élevage extensif sont victimes de prédation (Garde, 1996).

Une information relayée avec un biais subjectif qui ne fait pas état de l’aspect humain

Enfin, pour ceux qui cherchent à se tenir au courant et s’informer sur la controverse, la distance et laspécificité du terrain vient une fois encore entraver la bonne appréhension du sujet. En passant pardes intermédiaires de l’information – les médias (comme ferait n’importe qui sur n’importe quel sujetsoit dit en passant) – une subjectivation inévitable s’opère. La neutralité est impossible, car lespersonnes relayant les informations sont humaines, ont des biais cognitifs, des expériences passées,des points de vue liés au sujet (Charaudeau, 2006). Ainsi, c’est une information prémâchée, prédigérée qui est mise à disposition du public. Il y a toujours un angle malgré l’effort de neutralité. Il est également très difficile de rendre justice à l’aspect humain et émotionnel de la controverse sans avoir une victime d’attaques de loup raconter son histoire personnelle directement en face de soi, les yeux dans les yeux, d’humain à humain. L’expérience et le vécu ont un impact dans l’assimilation et la prise de conscience d’autant plus forte que la simple lecture d’une “vision” de la situation.

Les personnes qui ne connaissent pas la montagne ne peuvent pas comprendre le terrain d’applicationde la controverse. Les personnes ne vivant pas la controverse, ne l’expérimentant pas au travers detémoignages bruts et directs, ne peuvent pas non plus se rendre compte de la largeur du spectre de la controverse et comprendre son impact émotionnel. Il apparaît intéressant de comprendre mais aussi de vivre pour ajouter une dimension empathique vis-à-vis des éleveurs. Dans le sens inverse, la controverse elle-même influence son territoire d’application.

La controverse oblige à se reposer la question du territoire dans lequel elle est ancrée

La mise en œuvre ascendante de la gestion du loup

L’organisation autour de la gestion de la controverse et du loup est décentralisée. L’état décide desréglementations et procédures et les acteurs locaux les appliquent. Les décisions prises autour du loupsont ainsi ascendantes. Le problème local est extrapolé à l’échelle nationale. En outre, les décideurs ne doivent pas vivre avec les conséquences de leurs décisions et ne connaissent pas la réalité du terrainavant de statuer sur une réglementation (ne l’ayant pas vécue). A une échelle plus locale, les maires,qui ont une meilleure connaissance du terrain et des acteurs de la controverse, peuvent se sentir impuissants car ils ne sont que des applicateurs des prescriptions gouvernementales, sans réel pouvoirde décision sur ces arrêtés nationaux, comme l’expliquait Monsieur le Maire de la commune de La Table lors de la semaine CROSCUS. Il apparaît essentiel de reterritorialiser la controverse, en la replaçant dans son contexte, afin de la comprendre par territoire (les attaques de loups ne sont pas les mêmes dans toutes les chaînes montagnardes où ils sont présents, et ne présentent donc pas les mêmes tenants et aboutissants) et ainsi de prendre des décisions spécifiques et adaptées à chacun desterritoires où la controverse est présente. La protection du loup par l’Etat est également perçue par les bergers comme étant au détriment de leur propre protection humaine (Martin, 2012).

La médiation de la controverse rendue compliquée à cause de la rupture de territoire

Du point de vue de la médiation autour de la controverse, sa disjonction avec son territoire engrange un manque de confiance et une méfiance envers les politiques et scientifiques de la part des bergers/éleveurs. La parole scientifique est remise en question par certains bergers/éleveurs, qui sont maintenant convaincus que les loups ne sont en réalité que des hybrides et donc plus sous la protectionde la Convention de Berne. D’autres sont persuadés qu’il n’est pas revenu de son plein gré d’Italiecomme le dit la version officielle (de l’état) mais qu’il a été réintroduit, à l’image de l’ours ou du lynx(Martin, 2012). Une sorte de rupture est observable entre les acteurs de la controverse, rendant la communication plus compliquée voire parfois impossible entre eux. Les bergers/éleveurs ont le sentiment de ne pas être entendus ni écoutés, que leur parole et leur histoire ne sont pas comprises.L’isolement dû au territoire précédemment évoqué se retrouve ici mais au niveau communicationnel. Depuis quelques années, la MSA a entrepris de rouvrir le dialogue avec les bergers/éleveurs victimesdes loups afin de leur apporter du soutien et de faire reconnaître l’état de choc psychologique et traumatique découlant des attaques. L’état a déjà tenté de mettre en place une communication de proximité sur le terrain pour essayer d’apaiser les tensions (Rapport de mission interministérielle sur la cohabitation entre l’élevage et le loup, 1999).

La définition du territoire remise en cause

La controverse repose elle-même la question de la définition du territoire : les défenseurs du loup parlent de protection du loup dans la nature. Or les alpages ne sont pas des milieux “naturels” au sens strict (c’est-à-dire qui appartiennent à la nature et ne sont pas le produit d’une pratique humaine,définition du CNRTL) mais des milieux transformés par l’Homme et par la pratique du pastoralisme. Lebétail pâture et empêche ainsi la fermeture des milieux montagnards. Cependant, certaines associations pro-grands prédateurs remettent en question, voire même contestent, la légitimité des protagonistes pastoraux et de leur utilité dans la gestion des territoires montagnards, car ils prônent une approche de re-naturation des milieux, le rewilding (Eychenne, 2018).

Il est essentiel de donner un cadre clair et précis au débat afin de le rendre le plus efficace et sereinpossible. Il faut aussi se demander si le but d’un débat est de simplement échanger autour de lacontroverse pour aider à la compréhension entre les acteurs ou alors de véritablement prendre une décision qui va influencer et possiblement solutionner la controverse.

Conclusion

Une prise de conscience collective est indispensable pour venir en aide aux bergers/éleveurs incompris, isolés et à bout de souffle. La population doit se rendre compte de l’impact que la controverse a sur le territoire et sa gestion, mais aussi l’impact qu’elle peut avoir sur les décisions politiques qui ont des conséquences directes sur la controverse et son territoire d’application. Lameilleure manière de s’assurer d’un changement de mentalité et évolution de point de vue efficace serait de prendre le temps d’aller vivre la controverse en montagne et avec les acteurs jouant lepremier rôle. Malheureusement, cela est très chronophage et difficile à mettre en œuvre.

Dans cette “controverse du loup”, l’animal semble n’être finalement qu’un catalyseur mettant enexergue et rassemblant beaucoup de problèmes enfouis plus profondément et depuis longtemps. Ilfait figure d’animal géopolitique qui gêne, car il reflète les lacunes et insuffisances du système actuel de gestion des territoires, mais aussi du mode de vie sociétal. Et si une question plus générale se cachaitderrière la problématique du loup : quelle est la place de l’Homme dans la Nature ?

Rédigé par Lisa Blanchard (@lisamarybld)

 

Bibliographie

Garde L., Bacha S., Bataille J.F., Gouty A.L., 2007. “Les éleveurs résidents en zone à loups : perceptions et stratégies.”. Actes du sém. techn. des 15-16 juin 2006, CERPAM, 180-191.
Laurent Garde, “Loup et pastoralisme. La prédation et la protection des troupeaux dans la perspective de la présence du loup en Région Provence Alpes Côte d’Azur”, CERPAM, 1996.
Patrick Charaudeau, « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives », Semen, 22 | 2006, mis en ligne le 01 mai 2007, consulté le 14 janvier 2020.
Maïa Martin, « Entre affection et aversion, le retour du loup en Cévennes comme problème public », Terrains & travaux, 2012/1 (n° 20), p. 15-33. DOI : 10.3917/tt.020.0015.
Pierre Bracque, “Rapport interministériel sur la cohabitation entre l’élevage et le loup”, 2019. consulté le 14 janvier 2020.
Corinne Eychenne, « Le pastoralisme entre mythes et réalités : une nécessaire objectivation -l’exemple des Pyrénées », Géocarrefour [En ligne], 92/3 | 2018, mis en ligne le 15 novembre2018, consulté le 13 janvier 2020.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search