L’isolement des éleveurs et ses conséquences territoriales dans la controverse du loup

Le loup (Canis lupus lupus), éradiqué en France par l’Homme au début du XXe siècle a fait son retour à travers les Alpes italiennes sur le territoire français après 60 ans d’absence. La convention de Berne signée en 1979, ratifiée par la France en 1992, protège les loups au titre de la préservation de la faune sauvage et des espèces en danger (Porcher et Lécrivain, 2017)​​. Depuis, la population de loup ne fait qu’augmenter. Alors qu’on en dénombrait 30 en 2000, principalement localisés dans le massif du Mercantour, aujourd’hui, on estime à plus de 500 le nombre d’individus répartis dans l’ensemble des massifs français (Vosges, Jura, Pyrénées, Alpes, massif Central).

De ce fait, les activités humaines et plus particulièrement le pastoralisme ont été de plus en plus exposés aux risques d’attaque de loups. En 2018, plus de 3 500 attaques ont été dénombrées en France représentant 12 000 animaux tués, notamment ovins et ces chiffres sont en constante augmentation. Face à ces attaques, de nombreux éleveurs et bergers ont réclamé à l’Etat des mesures qui ont ainsi été mises en place progressivement telles que la régulation des populations de loup par le prélèvement, c’est-à-dire l’abattage. Cette décision de l’Etat a soulevé des débats opposants des “pro-loups” et des “anti-loups”.

En réalité, les acteurs et les enjeux impliqués dans ce débat sont nombreux et montrent la fausse binarité de ce conflit. Ces enjeux renvoient à des positionnement discordants des acteurs de la controverse et rendent la communication entre eux difficile voire impossible pour certains.

Dans un premier temps, la communication au sein de la controverse du loup produit un isolement communicationnel qui discrimine les éleveurs de l’ensemble des acteurs à l’égard des débats publics à ce sujet. Avec le temps et au fur et à mesure des échanges, les revendications des éleveurs ont trouvé du soutien auprès d’autres acteurs ayant investi la controverse. Toutefois, dans ce réseau communicationnel que forme la controverse, les éleveurs et leurs soutiens forment ensemble une composante à part entière mais qui demeure isolée du reste. La nature des divers échanges avec les défenseurs du loup, dans un premier temps, et avec les pouvoirs publics, dans un second temps, contribue à maintenir la composante “pastorale” isolée des autres composantes de la controverse. Cet isolement communicationnel aurait des conséquences profondes, à un niveau sensible, chez les éleveurs. Elle serait également révélatrice des divergences fondamentales qui empêcheraient tous débats de progresser.

I – L’isolement communicationnel relative des éleveurs en territoire de montagne

I.1 – Le concept d’isolement communicationnel

La controverse autour du loup est animée par un très large panel d’acteurs de nature et d’activité variées qui s’impliquent individuellement ou collectivement dans les débats tantôt locaux tantôt nationaux. Chaque débat mobilise différents acteurs qui investissent l’espace public et médiatique différemment en fonction de leur moyen pour revendiquer leur position spécifique dans la controverse. Depuis une trentaine d’années, des connexions se sont mises en place entres les acteurs de même motivation pour former des réseaux communicationnels. En effet, un acteur de controverse ne reste ​jamais isolé ​mais il interagit en permanence avec les autres afin de défendre sa position, de puiser des arguments ou des informations (​Annexe 1​ : cartographie des acteurs de la controverse du loup).

Cependant, les acteurs n’entretiennent pas de relations de même ordre en fonction de leur positionnement dans les débats ; voire dans certains cas, ils n’entretiennent pas de relations directes entres eux. Le principe de connexité de réseau et des composantes (Mongeau et Saint-Charles, 2005) indique que “lorsque certains noeuds du réseau ne peuvent se rejoindre, le réseau est considéré comme ayant des composantes qui servent à analyser les phénomènes d’isolement communicationnel de certains groupes ou individus”​ . Les éleveurs d’ovins et de caprins sont les principaux acteurs de la controverse sur le territoire alpin. Ils sont à la source des conflits au sujet de la présence de loups dans les massifs du territoire français car en contact direct avec eux. Ils incarnent l’élément sociétal perturbateur de cette controverse dans un contexte socio-économique de crise pour l’élevage extensif pratiqué dans les pâturages de montagne depuis les années 1980 (Aubron et al, 2015)​​.

“Cette intrusion du sauvage sur le territoire relativement anthropisé du pastoralisme transhumant bouleverse structurellement des activités déjà fragilisé par l’ouverture au marché mondial”​ (Vincent, 2011)​​.

I. 2 – Un isolement spécifique à la profession

Les points positifs qui ressortent souvent lorsque l’on parle du métier d’éleveur sont : le calme du cadre en pleine nature, être au plus proche des animaux, tout en étant son propre patron. Mais bien souvent, les difficultés sociales, financières, physiques et psychologiques de la profession sont sous-estimées. Leur travail empiète aussi sur la vie familiale car chronophage. Les responsabilités sont grandes en termes de gestion de leurs exploitations. Leur mode de vie diffère beaucoup des modes de vies urbains et ruraux autre que dans des alpages. Cela se voit notamment chez les enfants qui, comme leurs parents, sont touchés psychologiquement par une attaque de loup sur une brebis. En effet le pastoralisme repose sur un savoir vernaculaire et un enfant d’agriculteur recevra par exemple une brebis à Noël tandis qu’un autre enfant recevra un jouet, rappelle Philippe Rossat, éleveur en Isère rencontré lors du projet CROSCUS.

Cet écart non-négligeable entre les modes de vie est ressenti par les enfants à l’école car ils sont dans la majorité des cas scolarisés dans les vallées, au milieu d’autres enfants qui n’ont pas la même relation à l’Animal. Chez les parents (les éleveurs) les agressions faites par les loups sont des chocs psychologiques : animal agonisant, éventré, qu’ils sont obligés la plupart du temps d’abattre. Face à ces expériences de vies exceptionnelles, les éleveurs se sentent souvent seuls et incompris. Un isolement d’autant plus fort que la pression des normes du travail d’éleveur, conjuguée aux restrictions géographiques qui s’appliquent au niveau relationnel, les éloignent aussi bien de leurs pairs que des autres habitants des territoires (Christian Nicourt, 2011).

I.3 – Les défenseurs du pastoralisme

Partageant le territoire, les bergers et les louvetiers (pour la plupart des bénévoles) s’organisent avec les éleveurs pour se relayer à la veille des troupeaux. Ainsi, ils apportent une aide aussi bien physique que psychologique lors des moments les plus pénibles, comme pendant les surveillances nocturnes. En période estivale, les bergers prennent généralement le relai des éleveurs lors de la transhumance et du parcage des troupeaux dans les alpages.

La Mutuelle Sociale Agricole (MSA) des Alpes a travaillé pendant 20 ans avec les éleveurs qui ont subi des attaques de loups sur leurs troupeaux afin de comprendre les perturbations psychologiques que cela a entraîné. La volonté de la MSA est à présent de « favoriser une prise de conscience des conditions actuelles de vie d’éleveurs “victimes” de la présences de meutes de loup sur le territoire et de donner l’alerte aux médecins du travail et aux Directions Départementales du Territoire (DDT). Le discours de la MSA et de ses représentants se distingue assez des discours aseptisés des autres structures administratives et institutionnels impliquées. La MSA se positionne en soutien des éleveurs dans la controverse et s’approprie même leur argumentaire et certaines de leurs revendications. Cette appropriation peut être due à un processus d’acculturation (Peugny, 2006 ; Courbot, 2000) obtenu après les nombreuses années à côtoyer les éleveurs et les bergers afin qu’ils se confient sur leurs traumatismes.

« C’est épuisant de voir des brebis ou des agneaux éventrés » témoigne un berger dans le documentaire de Marc Khanne, L’heure des loups ​(2019). Ce témoignage est corroboré par d’autres éleveurs tels que ceux rencontrés lors du projet CROSCUS. L’objectif de la MSA est de faire prendre conscience au plus grand nombre des contrecoups psychologiques avec lesquels vivent les individus exposés à la présence du loup, omniprésente mais ressentie comme invisible. La profession subit, part ailleurs, une dégradation de la communication en son sein (Porcher, 2002) due à une disqualification de l’affectivité et de la vulnérabilité part ses membres.

Contre l’isolement, des groupes de veilleurs ont été formés sur certains territoires accueillant aussi bien des éleveurs, des bergers, des louvetiers, des chasseurs, que le soutien de la MSA. Les personnes présentes dans ces groupes de veilleurs sont formées à veiller à la psychologie d’autres éleveurs.

Une autre catégorie d’acteurs, plus politique, correspond aux maires des communes sur lesquelles se trouvent les alpages. Ces derniers ont un positionnement difficile. En tant que maire, ils doivent protéger les habitants, acteurs de leur territoire. C’est le cas du maire de la commune de La Table, en Savoie, dont la fonction l’oblige à appliquer la loi parfois au détriment de sa morale vis-à-vis des conditions psychologiques difficiles des éleveurs en cas d’attaque de loup. Leur démarche doit demeurer rationnelle face à une situation qui touche énormément les éleveurs émotionnellement et, là encore, une incompréhension et un isolement se font sentir.

“En tant que maire, ils [les éleveurs] savent qu’on ne peut rien faire. Nous sommes [les élus locaux] limités par la loi. Avant 1885, on allumait des feux pour éloigner les loups. Maintenant, si on organisait une battue, on serait poursuivi en justice. Bon, on aurait un comité de soutien.” ​(propos du Maire de la Table, entretien dans le cadre du projet CROSCUS, en septembre 2019)

I.4 – Les défenseurs des loups

En 1998, Dejours proposait que la représentation du travailleur soit construite sur deux jugement de la part des individus. Le premier jugement émane des pairs qui partagent l’expérience et la connaissance du travail car ils connaissent les tâches de l’intérieur. Le deuxième vient des locuteurs qui ne partagent pas l’expérience de l’éleveur. Les locuteurs s’appuient alors sur une observation des les fruits de l’activité du travailleur, qu’ils soient intentionnellement voulus par le travailleur (qualité de l’animal) ou non (les nuisances de l’élevage, la pertinence de l’activité dans le contexte socio-politique actuel…). Les touristes, écologistes et naturalistes se positionnent plutôt dans ce deuxième jugement. En tant que passionnés ou connaisseurs de la nature mais bien souvent ignorants des bienfaits du pastoralisme sur le paysage, leur jugement est parfois amer et difficile à encaisser pour les éleveurs qui le reçoivent soit directement lors des rencontres soit indirectement par les médias.

Là où anciennement, ces acteurs vivaient dans un environnement social proche (le même village ou la même commune) des compromis été trouvés pour préserver la paix sociale. Mais actuellement, des plaintes viennent de randonneurs citadins de passage dans les montagnes. D’autant plus que ces plaintes font suite à des attaques de chiens de protection dont la présence est imposée par l’Etat comme contre-mesure à celle du loup. Les randonneurs ne sont pas des individus connectés aux quotidiens des éleveurs ou des bergers et vice-versa. Dans cette configuration, le tissu social n’existe plus (Mounet, 2019) et peu d’alternatives au conflit apparaissent. Les sentiments d’injustice, d’isolement et d’impuissance en sont ainsi décuplés. Les attaques de chiens de protection envers les touristes de montagne résultent souvent d’une méconnaissance des randonneurs des mesures de protections des pâturages et des précautions zoo-comportementales.

En plus d’une méconnaissance des nouveaux comportements à avoir en territoire de montagne, les incivilités des touristes et randonneurs de passage à l’égard des éleveurs ajoutent une pression supplémentaire à celle associée à la prédation du bétail. ​« Dans les chalets, on voit que les barreaux du lit en bois ont été sciés et mis à brûler avec les chaises plutôt que d’aller chercher du bois [dans la forêt]. » Pour les deux éleveurs rencontrés lors du projet CROCUS, ce sont ces manifestations d’incivilités et ces “mésusages” qui sont pires qu’une attaque de loup.

II – Conséquences et origines de l’isolement communicationnel des éleveurs

II.1 – Peur, Colère et Frustration

Le dialogue entre tous les principaux acteurs de la controverse du loup reste statique car complexe. Pour parler de cette problématique et dénouer la situation, des réunions ont lieu au niveau local mais les débats y sont souvent houleux et mènent dans beaucoup de cas à un constat de non-écoute et d’incompréhension plus qu’à une réelle discussion constructive. Au premier plan de cet isolement communicationnel, ce sont les éleveurs : ils doivent faire face à l’Etat et sa réglementation coercitive, aux randonneurs et touristes qui se plaignent des patous et face aux naturalistes et “pro-loups” qui veulent protéger le loup au détriment des conséquences que cela peut avoir sur les éleveurs.

Ainsi, les éleveurs dénoncent un déséquilibre et une incompatibilité entre la volonté de protéger le loup par les différentes législations, d’une part, et la réalité de terrain où les attaques sont croissantes, d’autre part. Comme expliqué précédemment, ces attaques sont non seulement source de perte économique mais aussi source d’anxiété qui ont des retombées physiques et psychologiques pour les éleveurs. En effet, ​“le stress en tout temps”, “les nuits blanches”, “la peur”, “le traumatisme” de voir leurs bêtes mortes ou agonisantes sont une réalité et peuvent présenter un choc post-traumatique. Ce ressenti est rarement pris en compte lors des prises de décisions, ce qui accentue l‘impression que leur profession est “sacrifiée, “maltraitée” comme l’ont souligné plusieurs fois ​les deux éleveurs rencontrés lors du projet CROSCUS. Il en ressortait dans leur discours plus qu’un “problème de loup”, une sensation d’isolement, de solitude et de perte de confiance non seulement par rapport à l’Etat, mais surtout de tous les autres acteurs impliqués dans la controverse.

Certains éleveurs vont jusqu’à remettre en doute l’arrivée naturelle des loups par les Alpes et évoquent une réintroduction programmée malgré les démentis de l’Etat et des experts scientifiques.

Cette colère, cette frustration font naître également des doutes quant à leur avenir. Les pertes économiques directes dues aux attaques, la lenteur administrative pour avoir les indemnités et le système d’indemnisation rendent leur situation précaire : ​“on est souvent dans le rouge”.​ A noter que le système d’indemnisation ne prend pas en compte les bêtes égarées, blessées ou mortes indirectement à la suite d’une attaque de loups. Une remise en question du modèle du pastoralisme, ainsi que des savoir-faire vernaculaires des éleveurs, émerge au coeur de la controverse. Beaucoup de débats sur la possibilité ou non de la cohabitation loup-pastoralisme et sur l’utilité même du pastoralisme sont parfois soulevés, comme en témoignent les différents articles qui apparaissent lorsqu’on tape « cohabitation loup et pastoralisme » dans un moteur de recherche.
“C’est moi le premier écolo, pas les mecs assis sur une chaise à Paris” disait un autre des éleveurs rencontrés. Avec cette phrase, il voulait dénoncer l’incohérence qu’il perçoit entre une société qui se veut de plus en plus responsable avec une pensée écologique et la disparition du pastoralisme qui signifie un retour à un élevage intensif/industriel.

Deux administrations s’occupent des problèmes liés au loup : la Direction Départementale des Territoires (DDT) sous l’autorité du préfet de département, et l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) devenue Office Français de la Biodiversité (OFB) depuis le 1er janvier 2020. Le DDT est impliqué dans les dépositions des éleveurs lors d’attaques de leurs troupeaux par des loups et quand un loup est retrouvé mort (pour quelconque raison). L’ONCFS recense les espèces protégées et délivre les droits de chasse. Cependant, la gestion de cette situation par l’Etat est soumise aux successions de pouvoir. A chaque mandat présidentiel, la question est appréhendée différemment et, par conséquent, rien ne peut se construire dans la durée, d’après le maire de la commune de la Table.

II. 2 – Un isolement maintenue par des divergences fondamentales

Dans une tout autre mesure, la controverse du loup révèle une dynamique de confrontation sociale autour d’une pluralité de représentations de la Nature. Depuis la fin du siècle dernier, la frontière entre l’humain et l’animal subit une remise en question par une sensibilité zoo-centrique récente au sein d’une attitude anthropocentrique majoritaire (Gouabault et Burton-Jeangros, 2010)​ ​. Dans la théorie d’une société du risque ​« on assiste à la fin de l’opposition entre nature et société. […] Il devient impossible d’appréhender la nature indépendamment de la société et impossible d’appréhender la société indépendamment de la nature » ​(Beck, 2001)​10​. M​ais la conscience des risques encouragerait à réaffirmer une frontière claire censée protéger l’humain d’un environnement naturel potentiellement menaçant (Gouabault et Burton-Jeangros, 2010)​.

Ainsi, deux modèles principaux de la biodiversité se confrontent : le modèle de la nature sauvage opposé à celui lié à l’aménagement anthropique du territoire par l’agro-pastoralisme. D’un côté, les éleveurs et leurs soutiens défendent leur position de véritables écologistes qui assurent la sauvegarde de l’environnement et du paysage pastoral sur le terrain (Campion-Vincent, 2002)​. ​« Le métier [d’éleveur] est pensé pour être proche de la nature », explique un éleveur dans le documentaire ​l’heure du loup de Marc Khanne (2019). De l’autre, les associations de protection du loup (CAP, ASPAS, FERUS) veulent préserver une espèce qui avait été éradiquée depuis plusieurs décennies du territoire français et considèrent que “la montagne n’a pas besoin d’être “entretenue” par le pastoralisme”​ (livret du CAP, 2019)​​.

II. 3 – la croisée des chemins

La montagne est l’affaire de tous et principalement de ceux qui l’exploitent. Quotidiennement, ​« Les loups passent beaucoup de temps à marquer les frontières de leurs territoires. En hiver, ils ont tendance à descendre dans la vallée pour s’éloigner des neiges de montagne. Ils partagent les même chemins, croisement de pistes [de ski] et de cols que nous car il y a plus de passage dans ces zones-là »​, confie un photographe amateur naturaliste (lors du projet CROCUS) qui a passé 7 ans sur les traces des loups présents sur le Massif de la Belledonne en Isère et Savoie. Concrètement, la montagne est un territoire où les divers passages se confondent mais où les multiples acteurs se croisent assez rarement. Chacun des acteurs a une expérience bien spécifique de la montagne qui dépend d’une saisonnalité, souvent sous-estimée voire oubliée dans les débats. La montagne n’a pas la même importance dans les activités humaines, que ce soit en hiver ou en été. Les meutes de loups, les randonneurs, les éleveurs, les bergers, leurs troupeaux et les chiens de protection peuvent uniquement se rencontrer en été. En hiver, la montagne dévoile son meilleur atout économique et touristique, ses activités de sports d’hiver. L’attractivité hivernale de la montagne est à l’origine de sa déforestation. Surtout, l’activité pastorale estivale demeure la source principale d’entretien des pistes et sentiers exploités par l’activité touristique des montagnes alpines, comme peut en témoigne l’histoire géographie du Massif de la Belledonne.

Pourtant, ​«Les autres éleveurs [bovins], les touristes disent que ce n’est pas leur problème. Mais ils ne demandent pas qui entretient les alpages, les paysages. » Ces propos ont été émis par un représentant du réseau de la MSA et par un éleveur syndiqué entendus lors du projet CROSCUS. Ils font écho à ceux de L’Espace Belledonne, une association créée à l’initiative des élus du territoire, émis durant le même projet : ​« Si demain il n’y a plus d’alpage, il n’y aura plus d’accès à la montagne ».

De plus, le caractère “naturel” du retour du loup sur le territoire français ou bien celui de son origine génétique est aussi au cœur du débat. Pour les éleveurs, il s’agit de l’enjeu principal de la controverse du fait de ses implications politiques. ​“C’est le statut juridique du loup qui est en question : s’il est revenu naturellement, la convention de Berne s’applique. S’il a été réintroduit, il peut être éliminé” (Vincent, 2011)​​. En tout cas, c’est le combat légal et juridique qu’essaient de mener les éleveurs contre les loups, en recherchant l’appui politique d’élus nationaux et européens. Les éleveurs veulent des solutions pragmatiques. Si une cohabitation est trop difficile à envisager de leur point de vue, il faudra peut-être que ​“le loup retrouve la peur de l’Homme”,​ comme l’avance le Maire de la commune de la Table.

Conclusion

Source de rivalités de pouvoirs et de conflits humains, le loup est véritablement un « animal géopolitique » (Farid Benhammou, 2010)​13​. Le sujet du loup n’a en effet cessé de hanter les Français à travers l’Histoire. Mais s’il divise actuellement, c’est parce qu’il révèle les insuffisances et les impérities du système sociétal impliqué actuellement dans la gestion des territoires nationaux et internationaux.

Un dialogue entre les différentes composantes de la controverse apparaît comme une évolution indispensable aux débats. Une telle mise en œuvre ne sera pas possible tant que des intermédiaires n’interviendront pas pour créer du lien entre ces composantes afin de pallier à l’isolement communicationnel qui oppose, à première vue, le pastoralisme et le loup.

Rédigé par Myriam Féminas (@Myriade7), Mathilde Sivignon (@MathildeSivi) et Aymane Hedaraly (@AymaneHed)

 

Bibliographie

Porcher, Jocelyne, et Élisabeth Lécrivain. « La louve et la chienne patou : la liberté et le travail », ​Écologie & politique​, vol. 54, no. 1, 2017, pp. 65-78.
Communication: Horizons de Pratiques et de Recherche. (2005) Sous la direction de
Pierre Mongeau et Johanne Saint-Charles. Presse de l’Université du Québec. Vol. 1. p.86.
Peugny, Camille. « La mobilité sociale descendante et ses conséquences politiques : recomposition de l’univers de valeurs et préférence partisane », ​Revue française de sociologie​, vol. vol. 47, no. 3, 2006, pp. 443-478.
Courbot, Cécilia. « De l’acculturation aux processus d’acculturation, de l’anthropologie à l’histoire.Petitehistoired’untermeconnoté»,​Hypothèses,​ vol.3,no.1,2000,pp.121-129.
Compte-rendu du séminaire “Les loups et les agneaux, un problème zoologique, écologique, social, politique” par Coralie Mounet, du 2 septembre 2019.
Porcher, Jocelyne. « « Tu fais trop de sentiment », « Bien-être animal », répression de l’affectivité, souffrance des éleveurs », ​Travailler​, vol. 8, no. 2, 2002, pp. 111-134.
Aubron, C., Boutonnet, J. & Moulin, C. (2015). La dynamique ovine dans les Alpes-de-Haute-Provence: Entre rémunération des qualités de viande et des services environnementaux, l’équilibre incertain. ​Histoire & Sociétés Rurales​, vol. 44(2), 57-80. doi:10.3917/hsr.044.0057.
Vincent, Marc. ​Les alpages à l’épreuve des loups. Pratiques de bergers entre agri-environnementetprédateurprotégé.E​ ditionsQuæ,2011.p.149
Gouabault, Emmanuel et Burton-Jeangros, Claudine. ​Une analyse socio-anthropologique du monde contemporain.​ Sociologie et sociétés. Vol. 42. Issue 1. 2010, p. 299-324.
B​ECK​, Ulrich. ​La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité​, trad. de l’allemand par L. Bernardi. Paris, Aubier, 2001, 521 p.
Campion-Vincent, V. (2002), « Les réactions au retour du loup en France. Une tentative d’analyse prenant “les rumeurs” au sérieux », ​Le monde alpin et rhodanien​, vol. 1-3, p. 11-52.
Livret du CAP, Collectif des Associations pour la Protection du Loup en France. (2019)“​Loup : Pour en finir avec les contre-vérités sur le pastoralisme et sur la chasse”​. Dominique Solomas & Jihane Hafa – SFEPM / Elsa Comte – FERUS / Rémi Collange – ASPAS
Benhammou F., 2010. « Une géopolitique du loup (Canis lupus) en France : quels apports pour une géographie de l’environnement et des territoires ruraux », in Moriceau J.-M. et Madeline P., ​Repenser le sauvage grâce au retour du loup.​ Les sciences humaines interpellées, Bibliothèque du Pôle Rurale n°2, Maison des Sciences de l’Homme, Caen : 91-110.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search