À la rencontre du loup

1. Dans les pas du loup

Caractérisé par son absence, sa présence ne fait pourtant plus aucun doute. On ne le voit pas. On le sent, on l’entend, on le guette, on l’imagine, mais où ? Mais quand ? Invisible, imprévisible, toujours en mouvement, il paraît insaisissable. Pourtant son aura imprègne l’espace et il arpente la montagne sans fatigue, elle est ancrée dans son histoire, il la connaît, il y est chez lui. Écarté des monts et vallées de France pendant plus d’un demi siècle, il les redécouvre avec un sentiment d’étrange familiarité, s’y dispersant comme le brouillard à travers les arbres. D’abord le Mercantour, la Vanoise, le Vercors, puis tout l’arc alpin, puis toujours plus loin. Il reprend progressivement ses marques, tout lui est favorable, vivre semble presque plus facile qu’avant.

Le paysage a changé : plus de forêts, moins d’humains, qui semblent préférer s’accumuler en ville, plus de gibier et encore plus de bétail. C’est presque trop beau pour être vrai : d’énormes troupeaux dociles, qui ne se dispersent pas quand on les attaque (B. Morizot, 2014), qui ne savent même pas réagir quand on est présent puisque l’on n’a pas co-évolué avec eux depuis 1930 (C. Mounet, P.E. Biron 2003).

Ça change d’avant, de ce territoire rempli de chasseurs et de défenseurs de troupeaux à l’affût, du peu de forêts et de l’abondance des pâturages nus où l’on se retrouve à découvert… Aujourd’hui les chasseurs ne s’en prennent plus à lui, désigné espèce protégée par la convention de Berne en 1979. Mais lui, s’en prend toujours à ses proies. Et il se spécialise dans la chasse de celles qui sont les plus abondantes, qui se trouvent aussi être celles domestiquées. Une rencontre entre l’apprivoisé, par extension l’humain (ou du moins ce qui est vu comme lui appartenant) et le sauvage a alors lieu.

Loin de se douter du fil de l’évolution des politiques concernant l’aménagement des territoires de montagne, le loup les vit pourtant. Il est l’ombre de la forêt. Pas dans un sens inquiétant, lié à l’idée de bête dangereuse à abattre qu’il incarne culturellement, mais parce objet culturel qu’il est, le loup reflète à travers le regard que chaque individu porte sur lui, une vision de la nature, du sauvage et du monde.

2. Le domestique par opposition au sauvage

Le conflit autour de sa présence est en grande partie généré par l’impact matériel et économique qu’il a sur les activités humaines. Il tue le bétail, principalement les ovins et les caprins, plus rarement les bovins, provoquant parfois des dérochements, des avortements en plus des victimes qu’il prélève. La rencontre entre nature domestiquée et nature sauvage n’est jamais plus marquée que lors des attaques du loup et suscite des réactions fortes auprès des individus concernés par sa présence, qui deviennent alors acteurs de la controverse.

Ces acteurs sont eux-mêmes régulièrement confrontés les uns aux autres, ils sont en interaction et “ces interactions s’apparentent aux caractéristiques d’un réseau” (C. Mounet, 2003, p.7). On a donc un réseau d’acteurs duquel se dégagent des tendances principales. Notamment, et bien que la controverse ne puisse se résumer à des pro-loup contre des anti-loups, on remarque des acteurs lycophobes et lycophiles : “Dans le cas du loup, les lycophobes (Mauze, 2005) sont essentiellement représentés par des acteurs du monde agricole, rejoints par des chasseurs alors que les lycophiles sont composés d’acteurs relevant généralement du monde de la protection de la nature” (C. Mounet, 2013, p. 3).

Ils vivent chacun à leur manière cette rencontre brutale entre sauvage et domestique et ont des définitions variables de ces deux termes. Les lycophobes opposent animaux sauvages et domestiques. L’animal domestique étant docile et proche, celui qui est sauvage doit être craintif et distant. Ce dernier doit surtout être auto-suffisant, se débrouiller tout seul pour vivre. Pour les naturalistes en revanche, le caractère sauvage d’un animal ne dépend aucunement de son comportement mais de son origine qui doit être “naturelle”. Ainsi, le mouflon, qui a été introduit dans les Alpes, est considéré comme sauvage par les chasseurs mais pas par les naturalistes qui le considèrent “exotique” (I. Mauz, 2002, p. 4).

Ces différences de définitions découlent d’éthiques et d’idéologies plus globales et tout aussi différentes au sujet de la nature. On peut d’ailleurs se demander si la rencontre entre humain et sauvage n’est pas déterminée par notre vision et notre gestion de la nature. Cela a-t-il d’ailleurs un sens, hors de la culture humaine, de parler de rencontre avec le sauvage ?

Dans le découpage des frontières, il n’y a pas un lieu qui n’appartienne pas à notre espèce, pas un seul milieu que nous n’entreprenons pas de gérer. Peu importe que ce soit des réserves naturelles, des sentiers de randonnées ou des pâturages entretenus, l’homme a donné un sens à chaque lieu et il n’y laisse pas de place pour un autre super-prédateur que lui-même. Le concept même du sauvage extrait l’homme du monde du vivant. Il est le résultat de siècles de construction d’une identité de l’homme et d’une identité de la nature par l’homme.

3. La nature : sacrée ou utilitaire ?

Selon Baptiste Morizot, les deux modèles de gestion écologique traditionnels sont mis en échec depuis l’arrivée du loup : ils ne permettent pas une gestion satisfaisante de sa présence.

Le premier modèle, qui découle d’un point de vue religieux puis cartésien, est basé sur une vision utilitaire de la nature, qui permet, en étant aménagée correctement par l’homme, de lui fournir des ressources. On y rencontre des animaux-machines, qui se rapprochent plus de l’objet que de l’individu et qui ont vocation à produire de la nourriture ou des matériaux. Les populations sont régulées par la chasse, le territoire modifié pour laisser place à l’agriculture et aux habitations. Or actuellement, il est difficile de réguler le loup par le biais de la chasse, de nombreux savoirs cynégétiques ayant été perdus à la suite de son éradication.

S’ajoute à cela une évolution des moeurs face à ce modèle, amenant une reconsidération morale de la place que nous laissons au vivant. Cette évolution spirituelle se traduit par un changement des politiques territoriales. Après les politiques visant à transformer la montagne en milieu de “nature-divertissement-périurbain aménagé par et pour les Trente Glorieuses.” (B. Morizot, 2015, p. 220), succèdent celles des années 60 dont le mot d’ordre de la politique nationale est la protection et la restauration des populations animales, végétales et de leur biotope (Mounet, 2003).

Mais ces politiques s’accompagnent d’une nouvelle idéologie qui contraste avec la précédente et façonne un autre modèle écologique : la sanctuarisation du sauvage (B. Morizot, 2014). La nature est alors mise sur un piédestal, considérée trop pure pour être souillée par l’homme, elle devient un lieu sacré, presque religieux et ferait alors du loup un objet spirituel. Cependant, extraire totalement l’homme du monde du vivant, même si c’est pour se repentir du mal qu’on lui a fait, traduit une lecture du monde certes nouvelle, mais pourtant similaire à la précédente. Alors qu’il était au-dessus du reste dans la pensée cartésienne, l’homme est ensuite exclu et repentant, mais toujours pas inclu, toujours pas l’égal du reste, ni plus ni moins qu’une autre espèce.

Les parcs nationaux s’inspirent de ce deuxième modèle, avec toujours l’idée de préservation. L’idée a été émise de faire de même pour le loup, le mettre hors de portée de l’homme. Mais c’est le loup qui décide quelle portée il a, il ne respecte pas les zones qu’on pourrait lui dédier, il va et vient. Il est à vrai dire difficile d’imaginer un contexte où nos interactions et notre communication avec lui soit assez développées pour qu’il daigne se cantonner aux lieux où on le range, tout simplement parce que le simple fait d’imaginer communiquer avec le loup est lui-même difficile à envisager.

4. “​Ecce homo,​ une proie, aussi”, le loup d’égal à égal

Dans ​Rencontres animales​, le philosophe Baptiste Morizot a l’impression d’entrer chez quelqu’un lorsqu’il pénètre le territoire du loup, d’accéder à l’intimité de celui-ci. Ce ressenti s’oppose diamétralement à celui de certains éleveurs. Après tout, ce sont eux qui paient un loyer pour habiter leurs pâturages, pour faire vivre la montagne, pour gérer ce territoire immense que les touristes parcourent sans se poser de questions et que les loups arpentent sans se soucier des lois humaines. Pour l’éleveur, la montagne est sa maison, le loup, l’étranger.

On peut se demander si l’émotion forte à l’idée d’entrer chez le loup n’est pas un reliquat du mythe culturel autour du loup et des symboles auxquels on l’associe. Après tout, croiser des empreintes de lièvres et de renards dans la neige, c’est entrer sur leur territoire aussi, et personne ne s’en émeut. Cela ne revient-il pas à sacraliser encore une fois une certaine forme du sauvage que l’on survalorise ?

Ou alors l’admiration est-elle liée au fait que l’on s’identifie au loup ? Prédateur qui nous défie, s’élève à notre hauteur, fait preuve d’intelligence, de force et d’adaptation pour parvenir à ses fins, il nous fascine. C’est précisément parce qu’on lui attribue des qualités valorisées par notre culture que le loup nous touche, il devient miroir de l’homme.

Mais pour être réellement face à face avec le loup, il faut non seulement le voir objectivement, sans le mettre sur un piédestal ni le diaboliser, mais aussi accepter de devenir une proie. Le rencontrer vraiment, sans intermédiaire, pas via les troupeaux, ni les louvetiers, ni les photos naturalistes. Il faut accepter de se sentir vulnérable face à lui, d’être perçu comme tout autre animal qu’il pourrait croiser et en ce sens, d’établir une interaction plus neutre avec lui.

Alors il devient possible de rencontrer le loup d’égal à égal. On peut ainsi communiquer, face à face, mais comment ? Comment établir une zone de compréhension commune ? Il faut commencer par penser comme le loup, incarner le loup. Comprendre comment lui communique, avec les siens, avec les hommes, avec les proies.

5. Faire confiance au vivant

C’est déjà un grand premier pas d’imaginer communiquer avec le loup, parce que cela implique de le voir comme un sujet à part entière, et non comme un objet, une “bête-machine” (B. Morizot, 2014, p. 327) dépourvue de volonté et d’émotion. Reconnaître la subjectivité du loup est une chose, c’est une vision du vivant de plus en plus présente chez la population et chez les acteurs de la controverse. Mais le comportement à adopter face à ce nouveau statut que l’on attribue aux êtres vivants autour de nous en est une autre, et elle dépend grandement de notre proximité et nos relations avec le “monde sauvage”.

Dépassant la fascination dont on a parlé et que l’on pourrait supposer narcissique, Baptiste Morizot propose une autre approche de la gestion du loup, à travers laquelle transparaît un nouveau modèle de gestion écologique. Il propose d’envisager le loup comme un partenaire, ce qui revient à voir non seulement l’homme, mais aussi le loup, simplement comme “des vivants parmi les vivants” (B. Morizot, 2014, p. 327). Voir une autre espèce comme un partenaire, c’est lui déléguer des responsabilités et arrêter de monopoliser la gestion du vivant sous prétexte de le protéger. C’est prendre conscience de l’auto-gestion des milieux naturels.

Avec ce nouveau regard, il n’est plus vain d’essayer d’éduquer une bête dénuée d’intériorité et il n’est plus interdit d’oser profaner cette espèce sacrée en interagissant avec elle. Au contraire, il faut faire confiance à son statut d’espèce qui comme la nôtre, a traversé les âges, les environnements, les imprévus et les sélections naturelles pour continuer à s’épanouir à nos cotés. Si l’on arrive à incarner le loup et sa façon à lui de communiquer, et que l’on s’appuie en plus sur sa capacité à modifier rapidement ses comportements face à son expérience, on peut potentiellement établir un système d’échange entre le loup et nous.

Ce dernier devient alors notre partenaire éco-éthologique, c’est à dire un partenaire dont on peut influencer le comportement en jouant sur les paramètres environnementaux. Bien sûr, il est important de rester humble dans cette démarche, mesuré et non pas surplombant. Il faut également garder à l’esprit qu’en retour, le loup impacte lui aussi nos comportements, le nombres d’articles scientifiques à son sujet en témoigne.

Dans ​les Diplomates,​ Baptiste Morizot propose différents moyens de communication qui peuvent paraître déstabilisants, comme par exemple le ​spike and release,​ en français capture et relâche immédiate, qui consiste consiste à capturer le loup, lui infliger un traumatisme et le relâcher pour qu’il partage son expérience avec les autres, et qu’ainsi leur comportement évolue en réaction à l’incident.

Si l’on oublie que l’on se positionne plus dans le référentiel du loup que dans le nôtre dans le choix de cette méthode d’action, on va trouver qu’elle génère inutilement de la violence à l’égard d’un animal inoffensif car capturé. Mais si l’on sort de notre regard pour adopter celui du loup, on se rend compte que cette manière de procéder est similaire à celles qu’il met en place pour protéger son territoire. À travers les yeux du loup, on découvre un nouveau champ de possibles pour gérer la controverse et l’on devient nous-même un diplomate, un médiateur-garou à la frontière de deux subjectivités égales.

En définitive, cette nouvelle façon de penser incite à avoir confiance en le vivant, en sa capacité à créer des interactions nouvelles, à évoluer toujours vers un partage des ressources, vers un équilibre. Pourquoi n’en serait-il pas de même avec notre relation avec le loup ?

Rédigé par Diane Mottet (@DianeMottet), Camille Picca (@CamillePicca) et Dalil Benhis (@Dalil_B)

 

Bibliographie

Isabelle Mauz. L’arrivée des loups dans les Alpes françaises et la transformation des rapports au sauvage.​ In: Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, n°1-3/2002. Le fait du loup. De la peur à la passion : le renversement d’une image. pp. 199-213.
Isabelle Mauz, ​Introductions, réintroductions, convergences par-delà les différences​. In: Natures, Sciences, Sociétés n14 S3 – S10, 2006.
Baptiste Morizot, ​Les Diplomates. I​n: Revue Semestrielle du Droit Animalier – RSDA, 2014, pp.297 – 336.
Baptiste Morizot, ​Rencontres animales.​ In: Vacarme n°70, 2015, pp. 204 – 228.
Coralie Mounet, Pierre-Eymard Biron. ​Le loup dans le Vercors: gestion concertée ou ”négociée”?. In: Montagnes Méditerranéennes, Institut de géographie alpine, 2003,
pp.39 – 45.
Coralie Mounet. ​Les postures microsociales, enjeu et moteur actuels d’une bonne gouvernance ? Conflits autour du loup et du sanglier dans les Alpes françaises, Philippe Hamman et Jean-Yves Causer. Ville, environnement et transactions démocratiques. Hommage au Professeur Maurice Blanc, PIE Peter Lang., pp.197 – 208, 2013, Ecopolis.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search