Analyse de la controverse du loup

Trois mois après la rencontre des acteurs touchés par la controverse du loup dans le cadre du projet CROSCUS, ce sont deux témoignages qui résonnent encore dans ma tête, deux visions bien différentes du loup, sur un seul et même territoire. Au pied du massif alpin de Belledonne, les habitants de la vallée des Huiles sont devenus voisins du loup. Une “cohabitation” particulière, de moins en moins exceptionnelle depuis le retour en France duCanis lupus​ en 1992.

Marie et Michel sont assis dans l’herbe des pâturages de Belledonne, entourés par leurs chiens. Marie est d’humeur bavarde et raconte que leur troupeau a été mis à rude épreuve tout l’été. 70 brebis perdues en 7 semaines d’alpage. Perdues ? Certaines sont retrouvées égorgées par le prédateur, d’autres grièvement blessées, ensanglantées et souffrantes, d’autres encore ne seront jamais retrouvées. Dans la panique d’une attaque, le troupeau de brebis se disperse et certaines tombent des falaises. Ce stress impacte aussi les brebis sauvés : un grand nombre d’avortements est observé. Marie explique qu’ils perdent leur troupeau actuel mais aussi leur troupeau futur à cause de la prédation. Le moral est bas, elle nous dépeint les nuits sans sommeil, les chiens aboyant toute la nuit, luttant contre les attaques de loups. Elle nous partage son sentiment d’être violée, volée par le loup. Cette bête lui tue ses brebis, qu’il ne mange même pas forcément. Il a tué un de ses chiens et même son chat. Elle nous raconte sa peur pour ces brebis. Elle se souvient de l’attaque qu’elle a subi, en plein jour alors qu’elle surveillait son troupeau, d’une odeur spéciale à ce moment précis : « une odeur de mort ». Elle sait qu’il est là, qu’il l’observe et qu’il attend le bon moment pour attaquer, elle lui parle : « Bouffe moi mais pas mes brebis ! ». Il ne l’écoute pas et Marie perds plusieurs de ses protégées ce jour-là. Elle nous raconte sa tristesse de voir ses bêtes souffrir et mourir, son sentiment d’impuissance, sa colère, sa fatigue. Marie et Michel ont tous les deux dû prendre un second travail pour survivre. Les pertes amenuisent leur production de lait, de viande et donc leurs revenus. Seules les brebis tuées sont remboursées au prix d’achat. La descendance perdue et les brebis qui dérochent ne sont pas prises en considération dans les aides de l’Etat. Et encore pour toucher cet argent, Marie explique qu’il faut attendre plus d’une année, batailler et crouler sous la paperasse.

Le loup, Sébastien De Danieli l’a aussi croisé dans cette même montagne mais lorsqu’il en parle, ses yeux s’illuminent. Passionné de nature, Sébastien est ravi du retour du loup, de cette renaissance de la biodiversité. Dans ses photographies, il tente de capturer l’essence de cet animal somptueux, la pureté du sauvage. De longues sorties à observer les traces, à repérer leurs trajets, à comprendre les habitudes des meutes sont nécessaires pour y parvenir. Rester tapi dans la neige, camouflé, appareil au poing pour tenter d’immortaliser une rencontre avec le loup, cela ne lui fait pas peur. Sébastien doit penser un dispositif ingénieux pour réaliser ses photographies. Il pose son appareil photo, relié à un capteur de mouvements dans une forêt où il sait que les loups passent régulièrement. Sur les pellicules de Sébastien, tous les animaux de la forêt s’y trouvent mais rare y sont les loups. Ils comprennent que quelque chose n’est pas normal et contournent le piège photographique. Pour immortaliser le loup tant fantasmé, ce sont des années de travail et une patience à toute épreuve qu’il faut réunir.

Ces deux perceptions du loup sont très contrastées. Une très blanche et une très noire. Mais dans cette vallée, il existe aussi beaucoup de points de vue plus nuancés, tiraillés entre les arguments, compréhensifs du ressentis des uns et des autres et conscients que rien n’est simple. En somme, des points de vue gris. Gris comme le loup.

Un questionnement est née pendant cette semaine d’immersion : et si toutes ces visions émanaient d‘un seul et même phénomène… Pourrait-il être le travail de domestication de l’Homme?

Si le pastoralisme existe aujourd’hui, c’est avant tout grâce au travail de domestication du sauvage par l’Homme existant depuis le Néolithique. Les brebis et les chèvres ont été apprivoisées et regroupées en troupeau gardé par un berger. Ce savoir faire est aujourd’hui mis à rude épreuve par la prédation du loup, par un phénomène nommé ​surplus killing : le loup tue bien plus de bétail que nécessaire à sa survie. Alors pourquoi le loup tue-il autant, pour ne pas s’en nourrir ? Une hypothèse tente à expliquer ce phénomène intriguant. Dû à la domestication humaine, les animaux de troupeaux n’ont pas évolués aux côtés de la prédation sauvage. Le comportement du bétail est devenu plus docile, plus vulnérable. Lors d’une attaque de loup, le troupeau, affolé, se disperse dans un mouvement nommé ​flocking​. Selon l’éthogramme du loup, son instinct de chasseur est réveillé par le stimulus de fuite. Grâce à ce procédé, le loup peut identifier les proies les plus faibles afin de cibler son attaque. Au milieu d’un troupeau de moutons, le prédateur est stimulé de tous les côtés et tue ou blesse plus que nécessaire à sa consommation et à sa survie.

C’est le “devoir” du berger de protéger son troupeau accompagné par ses chiens de protection. Une lourde responsabilité repose sur ses épaules, faisait naître un fort sentiment paternaliste, un attachement au troupeau notable. Et face aux attaques, le berger se sent impuissant, démuni, en colère, triste. Si son troupeau se fait attaquer, pour lui, il a “failli” à sa mission.

Prédateur quasi invisible et compétiteur écologique, le loup est une véritable menace pour l’Homme, tuant “son” bétail. Éradiqué en 1930 du territoire français, le pastoralisme a évolué, les troupeaux se sont agrandis, la présence humaine sur les pâturages avait diminué. Aujourd’hui il faut repenser le pastoralisme, mis en danger par le retour de l’espècelupus.​ Ce savoir faire est reconnu pour son utilité dans l’ouverture des milieux en déprise rurale. Le paysage des Cévennes notamment, façonné par le pastoralisme est classé au patrimoine de l’UNESCO.

Le désir de domestication à la base même du pastoralisme est également, selon moi, ce qui fait naître une relation fantasmé au sauvage. Le loup, ce prédateur au sommet de la pyramide écologique, torturé, chassé, tué par l’Homme durant de nombreuse années et qui signe aujourd’hui son grand retour semble “invincible”. Son statut ambigu, fait naître une certaine confusion : le loup est protégé par la loi de Berne qui le reconnaît comme une espèce indispensable à la biodiversité et protège la vie sauvage du milieu naturel de L’Europe mais pour autant des tirs de dérogations sont accordés, comme pour garder tout de même “mainmise” sur ce puissant prédateur. Le loup reste difficile à voir, difficile à immortaliser, pour beaucoup il incarne le sauvage pur, libre de toute manipulation humaine.

Sur le territoire de la vallée des Huiles, beaucoup d’acteurs pratiquent la montagne. Tout d’abord, le berger et son troupeau, qui ont besoin d’être sur les pâturages. Le berger peut louer son alpage afin de “posséder un bout de montagne”, comme le rêvait Marie et Michel. Les touristes ou les randonneurs estiment aussi avoir le droit de jouir de cet environnement magnifique, agacés parfois de croiser des patous “agressifs” sur leur chemin, ces chiens qui protège le troupeau du loup. Le prédateur décide aussi de son territoire, son domaine vital sur lequel il vit, chasse et qu’il défend avec sa meute. La montagne est aussi le terrain de recherche des naturalistes qui étudient le loup pour en apprendre plus sur sa présence, ses habitudes, son éthogramme précis.

Nous comprenons rapidement que tous ces acteurs s’estiment légitimes à “posséder” ce territoire qu’est la montagne. À la suite de cette réflexion, pourquoi ne pas considérer, comme le propose Baptiste Morizot, la diplomatie pour essayer de trouver des solutions à long terme sur le sujet de la “cohabitation”.

La communication entre les acteurs s’imposent pour y aboutir. Bien que la création de dialogue entre humains commencent doucement grâce aux médias, aux associations spécialisés, à la MSA etc., le principal intéressé reste en marge de cette communication. Or si nous ne sommes pas capable de communiquer avec un code commun, comment établir un dialogue homme-loup ? Partage t-il même notre définition de territoire ? S’il respecte le territoire des autres meutes, pourrait-il être possible qu’il intègre que le territoire des bergers lui soit interdit ?

L’écologie comportementale (l’étude des comportements animaux et leur évolution) ainsi que l’éthologie cognitive (l’étude des facultés cognitives des animaux et leur comportement incluant l’humain dans des milieux naturels ou expérimentaux) tentent de répondre à ses questions en étudiant l’éthogramme du loup. Ces connaissances scientifiques peuvent être précieuses pour trouver de nouvelles solutions à cette “cohabitation” et rester dans une optique d’écologie de conservation.

Dans cette visée, de nombreux dispositifs ont été pensés. Dans un premier temps, des idées pour “duper” les loups ont étés émises. S.Ellis pense à diffuser des hurlements de “défenses territoriales” aux environs des troupeaux pour de faire croire à l’arrivée d’une nouvelle meute de loups. Un problème existe cependant car les loups risquent de se déplacer pour vérifier, rencontrer ou chasser cette “meute” et s’apercevoir de la supercherie.

Dans le prolongement de cette réflexion, une autre solution appelée ​biofence ​est alors envisagée par D. E. Ausband. Reproduire chimiquement des odeurs de marquage des prédateurs permettrait de créer une barrière olfactive protégeant les troupeaux des attaques de loups. Mais serait-ce suffisant ? Des études sont en cours pour le définir.

Protéger les troupeaux par la ruse peut sembler être une solution mais essayer de les conditionner sur du long terme pour “apprendre” aux loups à ne plus attaquer les troupeaux en est une autre. Un collier répulsif pour le animaux de troupeau a été développé par le projet ​Daphnis​. Il serait capable de détecter le stress aigu de l’animal lors de la prédation par une forte augmentation du rythme cardiaque et d’émettre un répulsif puissant, très irritant mais non létal et des phéromones d’alarme pour faire fuir le loup. Le but final est donc que le loup assimile cette expérience traumatisante à l’attaque de troupeaux et qu’il communique sur cette expérience avec sa meute afin de réduire de plus en plus les attaques de troupeaux.

Même si ces solutions paraissent intéressantes, un questionnement subsiste : ne sommes nous pas ici en train de chercher des moyens de modifier les comportements des loups à notre avantage comme nous l’avons fait avec les animaux de troupeaux des milliers d’années auparavant ? Serait-il possible de considérer le loup d’égal à égal sans tenter de le “contrôler” ou cela serait remettre en question le modèle de souveraineté humaine sur les autres espèces, condamnant ainsi notre “suprématie” ?

Rédigé par Elisa Pospieszny (@PospiesznyE)

 

Bibliographie

Landry, J.-M. (2017). ​Le loup​ (Delachaux et Niestlé). Delachaux et Niestlé.
Morizot, B. (2016). ​Les diplomates​ (Wildproject). Wildproject.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search