La controverse du loup vue au travers du prisme de la peur

Au mois de septembre dernier, les étudiants du master de Communication en Culture Scientifique de l’Université de Grenoble Alpes ont eu l’occasion de passer une semaine au cœur du massif de la Belledonne, afin de se confronter à la controverse du loup. Ce massif n’est pas le seul touché par la problématique du loup, en France, la présence du loup est recensée dans les Alpes principalement, les Vosges, une partie des Pyrénées et aurait même été aperçu en Bretagne. Si le loup est présent dans des massifs qui peuvent être éloignés géographiquement, c’est qu’il a la capacité de parcourir de longues distances en peu de temps. La dispersion de meute joue également un rôle dans la prolifération de l’espèce.

Cette controverse, comme elle pourrait apparaître dans un premier temps, n’est pas aussi dichotomique qu’on ne le pense, ou que ne le pensent les acteurs locaux. Il n’y a pas à proprement parler de « pro-loups » et « d’anti-loups », chacun a ses arguments, ses positions et ses valeurs à défendre, qui ne vont pas forcément à l’encontre de « l’autre camp ».

Lors de cette semaine en immersion, nous avons eu l’occasion de rencontrer des acteurs très divers : des éleveurs et éleveuses, des naturalistes, des élus, des représentants de la mutuelle santé dont dépendent les éleveurs… Et surtout, cela a été l’occasion pour nous de pouvoir exprimer nos idées, débattre et écouter ce qu’on avait à nous dire à propos de cette problématique.

Dans ce rapport, j’ai choisi d’explorer cette controverse au travers du prisme de la peur. Celle ressentie par les éleveurs, par les élus, par les défenseurs de l’espèce, et pourquoi pas les nôtres, en tant qu’étudiants invités sur ce territoire.

I. Depuis quand avons-nous peur du loup ?

Depuis quand avons-nous peur du loup ? C’est une question légitime que l’on peut se poser au vu de cette controverse. Est-ce depuis les contes que nous racontaient nos parents avant de nous coucher ? Depuis les histoires qu’on se racontait au coin du feu pour se faire peur entre amis ?

Cela n’est toutefois pas la stricte vérité. A la Préhistoire, l’Homme et le loup semblent s’être entendus. On retrouve des peintures dans les grottes où l’Homme chasse aux côtés de ce qui ressemble à un ou des loups, et des ossements de canidés sont parfois même retrouvés aux côtés de sépultures humaines. A partir du moment où l’Homme a arrêté de chasser et a transformé ses proies en bétail, cette entente a rapidement pris fin. Le loup s’est alors vu offrir un garde-manger sur un plateau, ne différenciant pas bétail et gibier.

Cependant, la diabolisation du loup a eu lieu en grande partie à partir du Moyen-Age. Il devient synonyme de danger et de cruauté, et les récits sanglants où le loup est le principal antagoniste se multiplient. Même encore aujourd’hui, dans les contes pour enfants (Le petit chaperon rouge, La chèvre de monsieur Seguin, les Trois petits cochons, Pierre et le loup…) le loup est toujours et encore un animal féroce, rusé et sanguinaire.

Bien qu’il ait été progressivement éradiqué au XIXe siècle, puis qu’il soit réapparu dans les années 1990, le loup continue d’instiller la peur, chez ceux qui sont amenés à le côtoyer, et d’alimenter des fables imaginaires où il tient le mauvais rôle.

On peut expliquer la peur du loup de deux façons. Une peur irrationnelle, inspirée des contespour enfants ou d’anecdotes, parfois ressentie par les gens qui ne vivent pas à leur contact. Que « le grand méchant loup » va venir nous croquer dans la nuit, qu’il prend l’apparence d’une grand-mèreou encore qu’il puisse souffler d’un coup d’un seul notre maison de brique. Et une peur rationnelle,car le loup est un prédateur, un vrai. Des grandes dents, une discrétion à toute épreuve, un flair exceptionnel et une stratégie de meute. Un prédateur presque l’égal de l’homme. Insaisissable, les louvetiers mettent des jours, parfois des semaines pour pister un loup avant de l’abattre…. Ou de faire chou blanc.

II. Les éleveurs ont peur… Mais de quoi ?

De nos échanges avec les éleveurs rencontrés, Michel et Marie, éleveurs ovin et caprin et alpagistes au Champet, la peur a été présente tout au long de l’estive. Non pas parfois la peur du loup en elle-même, mais la peur pour leurs bêtes, leur troupeau. En effet, dans les pâturages, le loup instille la peur, et les éleveurs la ressentent au quotidien. Ils craignent pour la sécurité de leurs troupeaux à toute heure de la journée et de la nuit. D’où le fait que les périodes de pâturages se raccourcissent. Cette année, Michel et Marie ont descendu leur troupeau un mois et demi en avance par rapport aux autres années. Harcelés par le loup toute la saison, ils ont décidé de redescendre. Ils ont peur pour leurs troupeaux, certains seraient capables de mettre leur vie en jeu si cela pouvait protéger leurs troupeaux. C’est donc une peur viscérale non pas du loup, mais une peur qu’il arrive quelque choseaux bêtes.

Malheureusement ce n’est pas la seule chose que craignent les éleveurs. Ils craignent et abhorrent l’inaction, ou la très lente prise de décisions dans les politiques générales. Il s’agit là d’unproblème de référentiels. Les différentes institutions en prises avec le problème et la controverse duloup n’agissent pas à la même échelle. Prenons par exemple la Convention de Berne, qui a été mise en vigueur en 1982. Elle déclare que le loup est une espèce « strictement protégée » en Europe. Cetteconvention est issue d’une directive européenne qui ne prends donc pas en compte les difficultés locales. L’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) donne des quotas de tirs de prélèvement, mais une fois atteints, les éleveurs doivent se débrouiller avec la présence du loup qui rôde, toujours invisible. L’Etat met alors en place des aides pour les agriculteurs, afin de mieux protéger les alpages et leurs troupeaux : des filets électrifiés, des systèmes d’éclairage de nuit, des chiens de protection (des patous) … Mais cela ne suffit parfois pas.

En revanche, comme on pourrait le penser d’un premier abord, certains éleveurs ne sont paspour l’éradication du loup. Ils reconnaissent que l’animal met en danger les troupeaux et de facto lesmettent en danger. Cette controverse autour du loup ne peut pas se lire uniquement à travers le prisme « pro-loups VS anti-loups ».

III. Des peurs différentes pour les « pro-loups »

Tout d’abord, il convient de dire que les « pro-loups » ne sont pas un bloc unique et uni de personnes. Toutes ont leurs opinions en faveur du loup, et le défendent pour diverses raisons. Ces personnes peuvent avoir des profils divers : des amoureux de la nature, des chercheurs, des photographes, ou encore des fervents défenseurs de la biodiversité. Eux aussi ont des peurs en rapport avec le loup. Ils ont peur de voir l’espèce décroître, ou voir même disparaître sous les coups

de feu des « anti ». Un de leur argument principal est que le loup fait désormais partie de l’écosystème des montagnes, et permet la régulation de la faune de cervidés et d’ongulés.

Ils prendront l’exemple de la réintroduction du loup dans le parc naturel américain deYellowstone. En effet, la réintroduction de cette espèce a permis de faire refleurir la biodiversité, réinvestir certains espaces, faire revenir et revenir d’autres espèces encore. Mais chaque espace et chaque espèce dépendent de la localisation, du contexte, des parties prenantes locales. Le cas de Yellowstone ne permet pas de faire des généralisations sur les bienfais de la réintroduction du loup sur un territoire donnée.

Par ailleurs, certains de ces acteurs ne se sentent pas concernés par tous les aspects de la controverse, ou ne parviennent pas à en comprendre la complexité. Ce qui peut entrainer un dialogue de sourds et des problèmes de communication et de mésentente.

IV. Et nous dans tout ça ?

Effectivement, c’est une question qui s’est posée tout au long de notre semaine en Belledonne. Quel est notre rôle au sein de cette controverse ? Pour continuer dans le thème, avons- nous éprouvé de la peur, de l’appréhension face à cette controverse ?

Cette semaine d’immersion a été très riche en découvertes et en émotion. Au sein de cette promotion, nous sommes pour la plupart des urbains, ou des semi-urbains. Nous n’avions pas de point de contact direct avec cette controverse. Nous y étions sensibilisés par les médias, qui présentent (malheureusement) cette problématique de façon binaire. J’avouerai moi-même ne pas avoir été sensible à cette controverse avant cette semaine. Une fois les acteurs rencontrés, comment ignorer cette détresse ? Au cours de nos échanges entre camarades, le thème de la légitimité est revenu assez souvent. Sommes-nous légitimes de nous intéresser à cette controverse, nous, gamins de la ville ? Quel rôle peut-on avoir auprès des acteurs locaux ? Une peur de ne pas être à notre place dans ces montagnes est toujours sous-jacente.

Certains des acteurs rencontrés nous ont remercié d’être venus. De les avoir écoutés, d’avoir échangé, d’avoir pris le temps, pour eux et pour nous.

Alors oui, la question de notre légitimité se posera toujours. Mais on aborde un peu plus sereinement l’étape d’après : un marathon de création collaboratif. L’idée est de créer en quelques jours un dispositif de médiation afin de sensibiliser à cette controverse un public choisi. Nous savons très bien que nous n’allons pas révolutionner le monde du pastoralisme, ou apaiser les tensions immédiatement. Mais on essaie et on reste à l’écoute.

Conclusion

La peur du loup est une des composantes de cette controverse. Ressentie par tous ou presque, elle guide les actions (ou les inactions) de chacun. Faut-il avoir peur du loup ? Peut-on avoir une peur rationnelle du loup, ou bien est-elle forcément viscérale ? Cette controverse est complexe, et ne peut être lue uniquement par le prisme « pro-loups VS anti-loups ». On pourrait l’aborder par tant dedifférentes entrées : la détresse des éleveurs, les actions gouvernementales, la parole des « pro- loups », comment le sujet est abordé ailleurs, en Europe (toujours sous la convention de Berne), ou plus loin encore. Un des points clés qui cristallise cette controverse peut être la question suivante : à qui appartient la montagne ?

Toujours est-il que cette controverse est ravivée à chaque nouvel incident, à chaque nouvelle attaque. Pour le moment, les troupeaux sont rentrés, combien de temps le resteront-ils ?

Rédigé par Malithévy Chung (@cookie_fraise)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search